Accueil Médias

Cécile Djunga au «Soir»: «J’ai attendu de parler du racisme par peur et culpabilité»

La comédienne et présentatrice météo de la RTBF se confie deux jours après sa vidéo coup de gueule contre le racisme. Si elle ne se voit pas comme une porte-parole du mouvement, elle «ira jusqu’au bout» du combat pour tous, pour la diversité à l’écran.

Temps de lecture: 2 min

Deux jours après avoir publié sa vidéo coup de gueule sur Facebook, la comédienne et animatrice de la RTBF Cécile Djunga se confie. Deux jours d’interviews, de milliers de messages de soutien, de premières démarches judiciaires avec l’aide du service public. Jamais Cécile Djunga n’avait imaginé la tournure que son message allait prendre.

«Je ne suis pas la porte-parole des victimes de racisme. Je ne suis pas militante, je suis humaine et je défends mes droits, avec le cœur et sans calcul, comme toujours. Avec un maximum d’humour, aussi», lance la présentatrice météo avec l’énergie qu’on lui connaît. Même si elle ne veut rien diriger, Cécile Djunga est consciente du mouvement lancé mercredi soir. «J’irai jusqu’au bout. Ça a lancé un mouvement de fou, je me rends compte que des choses bougent. Si je deviens une figure emblématique, c’est pour le combat de tous, pas du mien», insiste l’animatrice de 28 ans.

Éduquer par la télé

Touchée par le soutien apporté par la RTBF et ses collègues, Cécile Djunga espère voir davantage de diversité à l’antenne. «Nous sommes dans un pays multiculturel et je suis la seule présentatrice de couleurs. Mais cela concerne aussi les gros, les roux, les profils atypiques absents des écrans. Je n’ai rien contre les blondes aux yeux bleus mais ce que ça représente pour les enfants qui regardent la télé, c’est important», estime l’humoriste.

Si la jeune femme n’a pas réagi publiquement aux insultes qu’elle reçoit depuis un an, c’est par peur, par culpabilité. «Pourquoi j’ai attendu aussi longtemps pour en parler? Parce que j’ai fini par trouver ça normal, par penser qu’il fallait vivre avec. Mais ça finit par ne plus ressortir de la tête». Cécile Djunga nourrit l’espoir que ce mouvement puisse faire changer les lois et sensibiliser les jeunes victimes de harcèlement virtuel. «Les cons resteront des cons et on peut malgré nous faire des remarques racistes. Mais c’est devenu intolérable, confie la présentatrice. Les médias ont un rôle à jouer. Éduquer la masse par la télévision implique de faire des choix importants comme celui des présentateurs, de diffuser des documentaires et enquêtes sur la diversité et le racisme».

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

50 Commentaires

  • Posté par Eppe Antoine, vendredi 7 septembre 2018, 15:41

    Pardon , mais le pape n'a rien à voir avec ces derniers faits !!!! Il ne faut pas tout mélanger svp .

  • Posté par Voet Ch., vendredi 7 septembre 2018, 12:41

    comment voulez vous qu'il n'y pas de racisme en Belgique quand les sbires qui nous dirigent sont de l'extrême droite y compris dans le MR, mais voila, le pouvoir pour le pouvoir et dire qu'ils vont se faire paraitre comme blanc comme neige lors des prochaines élections, aussi le silence de certains autres tel que l'église qui est elle aussi à côté de la plaque - voyez la dernière sortie du pape - les faites et actions du sionisme dans le monde !

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Médias

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Soirmag Voir les articles de Soirmag