Accueil Monde

Sécurité: la crainte des djihadistes est toujours présente

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 6 min

À Tombouctou et ses environs, les « blancs » – comme les qualifie Mamiti – sont presque tous Africains. Parmi les Occidentaux, seul subsiste un détachement de la force française Barkhane ainsi que le contingent suédois, présent au sein de la force de la mission intégrée des Nations unies pour stabiliser le Mali (Minusma). Nuit et jour leurs hélicoptères de surveillance ou de combat sillonnent le ciel au-dessus de la région. Leurs véhicules blindés soutenus par des chars patrouillent en ville et sur les routes qui la relient au reste du pays.

Leur immense « super camp » est installé près de l’aéroport, là même où Mamiti a vu le jour il y a vingt-huit ans, dans une maison en banco. Ce terrain est aujourd’hui « annexé » par les forces étrangères.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Monde

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs