Accueil La Une Belgique

«La qualité des kots laisse à désirer»

Article réservé aux abonnés
Journaliste de la cellule wallonne Temps de lecture: 3 min

Autrefois, c’était les fourmis rouges qui envahissaient toutes les armoires de certains kots. Aujourd’hui, les étudiants se plaignent de la présence de souris ou de perce-oreilles, quand ce ne sont pas des moisissures qui apparaissent après un mois, bien cachées jusque-là par une nouvelle couche de peinture.

Depuis des années, la question des kots est une source de conflits permanente entre les représentants des étudiants d’un côté, l’UCL et les sociétés de location de l’autre. On n’en est plus au temps des manifestations devant certains loueurs, mais une dernière enquête de l’Assemblée générale des étudiants de Louvain (AGL), à laquelle 1.755 jeunes ont répondu, démontre que le problème persiste.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Belgique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs