Accueil Culture Cinéma

«Beautiful Boy», un premier film américain en demi-teinte pour Felix Van Groeningen

Le cinéaste flamand abuse de la note sensible avec son premier film américain. Le film est présenté ce samedi au festival de Toronto. Notre critique.

Article réservé aux abonnés
Journaliste aux services Culture et Médias Temps de lecture: 3 min

Après les succès d’ Alabama Monroe (The Broken Circle Breakdown ) et de Belgica (qui lui valut le prix du meilleur réalisateur au festival de Sundance), le réalisateur belge Felix Van Groeningen présentait ce samedi son premier film américain au festival de Toronto. Produit par Plan B, la société de Brad Pitt, distribué par Amazon Studios, Beautiful Boy relate l’histoire vraie d’un père qui assiste, impuissant, à la plongée de son fils adoré dans l’enfer de la dépendance à la drogue.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Cinéma

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs