Accueil Médias

Le lobby féroce des Gafa contre le droit d’auteur

750 eurodéputés vont devoir se prononcer sur la directive « droit d’auteur », vitale pour la survie de la création et de l’édition en Europe. Se sont-ils fait rouler dans la farine ?

Article réservé aux abonnés
Responsable du pôle Multimédias Temps de lecture: 6 min

Pour ou contre la directive « droit d’auteur » ? Un brin rugueuse, la question n’est pas de nature à bousculer le quotidien de l’Européen lambda. Et pourtant, de mémoire d’eurodéputé, jamais un texte n’avait autant déchaîné les passions. Au point de provoquer un choc frontal entre deux conceptions diamétralement opposées du futur numérique du Vieux continent. Discutée depuis deux ans, l’idée semblait pourtant séduisante. « L’objectif de ce projet de directive », soutenait Maryia Gabriel, la Commissaire européenne à l’origine de l’initiative, consiste à « rééquilibrer un rapport de force entre auteurs et grandes plates-formes en ligne qui, trop longtemps, a été l’avantage des seconds ».

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par PETIT Robert, samedi 8 septembre 2018, 20:44

    Une fois de plus, les députés européens vont nous prouver qu'ils vivent hors sol, ne connaissent rien sur les sujets qu'ils traitent et se moquent éperdument des citoyens qu'ils sont censés représenter ! Comme lorsque, le vendredi matin lors des séances parlementaires, ils s'empressent d'aller voter, dès potron-minet, les listes de présence avant de rejoindre illico presto leurs circonscriptions électorales respectives, pour ne pas perdre un jeton de présence ! Dans le cas d'espèce, tous les fournisseurs de contenu intellectuel devraient unanimement, dans un mouvement structuré et cohérent, en fermant durant huit jours (ou plus si nécessaire), en accord avec leurs et en expliquant à leurs utilisateurs, leurs sites internet. Ce sont les fournisseurs de contenu qui doivent se révolter en accord avec leurs utilisateurs habituels. Si les parlementaires européens ne sont pas capables de défendre la création intellectuelle européenne, qu'ils aient l'honnêteté, à la prochaine visite de Trum à Bruxelles, de s'aligner, pantalons et slips baissés, le cul tourné vers la rue Belliard ! Un flic, un trou du cul; un flic, un trou du cul....

  • Posté par Linard André, samedi 8 septembre 2018, 18:39

    Produire de l’info de qualité, produire de la culture ou de l’art, cela a un coût, en travail notamment, même quand c'est gratuitement accessible. S’approprier ce travail d’autrui pour le diffuser gratuitement et réaliser en outre du bénéfice dessus, c’est du vol, rien d’autre. La « modernité » ne justifie pas tout. La « liberté » que les « militants du web » invoquent, c’est celle des poules face au renard dans leur poulailler.

Aussi en Médias

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs