«The Ocean Cleanup», un énorme extracteur, va nettoyer le vortex de déchets dans le Pacifique (vidéo)

©EPA
©EPA

Un énorme « extracteur » de plastiques du projet « The Ocean Cleanup » (nettoyer les océans) se dirige samedi vers l’Océan Pacifique où des millions de kilos de déchets se sont agglomérés, pour former ce que l’on qualifie de « septième continent », composé uniquement de plastiques. Ce vortex de déchets est nocif pour la faune et la flore. Le système, inventé par le Néerlandais Boyan Slat, âgé de 24 ans, utilise les forces océaniques naturelles pour attraper et concentrer le plastique.

Le jeune Néerlandais a développé son système de nettoyage, intitulé System 001, pour un devoir à l’école secondaire. Cet appareil passif utilise les forces de l’océan grâce à un bras long de 600 mètres et qui forme un « C », flottant sur la mer.

System 001 se trouve près d’un chantier naval dans les environs de San Francisco. Un remorqueur doit partir samedi vers 20h30 heure belge pour amener le bras dans le vortex de déchets du Pacifique nord, une énorme «  soupe plastique » qui se situe entre la Californie et Hawaï. Le lancement sera diffusé en direct.

La décharge flottante mesure environ trois fois la taille de la France. Elle est composée de quelque 1.800 milliards de déchets, qui pèsent ensemble environ 80 millions de kilos. Quatre autres grands tas de déchets semblables existent ailleurs dans les océans. Ensemble, ils forment encore 80 millions de kilos de gravats et de plastiques.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. En fait de «
majorité alternative
», le gouvernement Michel en affaires courantes reçoit surtout le soutien du parti nationaliste flamand.

    La suédoise est morte, mais elle ressuscite régulièrement au Parlement

  2. A 54 ans, l’institutrice Patricia Lhoest n’a rien perdu  de son enthousiasme.

    Les inégalités scolaires se (dé)jouent dès la maternelle

  3. ©News

    Anderlecht s’offre un bol d’air inespéré face à l’Antwerp

Chroniques
  • «Février sans supermarché», jour 17: le night-shop, le faux pas du samedi soir

    Par Louise Tessier

    Samedi soir, 1h17. Après une soirée dans un bar, je suis prise d’une fringale que mes biscuits bio sans gluten ne pourront assouvir. Je m’arrête donc dans un des 250 night-shop bruxellois, acheter un gros paquet de chips barbecue. «  Vous vous fournissez où en fait m’sieur ?  », demandais-je innocemment, dans un élan de conscience journalistique. «  Bah, au supermarché  ». Damn it. Voilà comment j’ai, à mon insu, failli une nouvelle fois à mon défi. Pire : c’est un intermédiaire en plus dans la grande chaîne de l’industrie alimentaire, ce qui m’éloigne d’une des raisons de ce défi qui est de consommer en circuit court. Aïe aïe aïe.

    En plus de cela, les night-shops ont bien mauvaise réputation concernant la rémunération de leurs employés… et le blanchiment d’argent. Selon la Cellule de traitement des informations financières (CTIF), les magasins de nuit sont en pole position du blanchiment de fonds issus du trafic de stupéfiants. Ces petits commerces, qui...

    Lire la suite