Frédéric Lopez ne présentera plus «Rendez-vous en terre inconnue»: «C’était de plus en plus douloureux»

©D.R.
©D.R.

Ce samedi, c’est à l’aéroport de Roissy, que Frédéric Lopez a confié son émission « Rendez-vous en terre inconnue » à Raphaël de Casabianca, le présentateur de l’émission de voyages « Echappées Belles ». Coup de théâtre pour la star invitée de l’émission, Franck Gastambide, qui ne s’y attend pas.

L’émission a été lancée en 2004 par Frédéric Lopez. 14 ans après, elle se poursuivra sans lui. « Le secret a été bien gardé mais je me réjouis de partager enfin avec vous une décision intime et longuement réfléchie », commence à expliquer l’animateur dans un message posté sur sa page Facebook. « Un passage de relais enthousiasmant, et émouvant pour moi, a eu lieu ce samedi soir 8 septembre 2018 à l’aéroport Roissy Charles de Gaulle. »

« La solution ? Chercher un successeur. Sincère et légitime. Et je l’ai trouvé : Raphael de Casabianca. C’est lui, désormais, qui accompagnera les invités de « Rendez-vous en terre inconnue » et de « Nos terres inconnues ». Pour ce premier départ, il guide Franck Gastambide en Inde, sur les contreforts de l’Himalaya, chez les nomades Van Gujjar ».

Comme il l’explique au quotidien Le Parisien, cette décision a été un dilemne depuis plusieurs mois. «  Rendez-vous en terre inconnue est bien plus qu’une émission télé, c’est une expérience profonde », confie-t-il.

« 15 ans de « Rendez-vous en terre inconnue », c’est 15 ans de rencontres et d’émotions extrêmement puissantes. Peut-être un peu trop pour un seul homme. Comme vous l’imaginez, ces expériences profondes sont éprouvantes et ne laissent pas indemne. Avec les années, laisser derrière moi ces femmes et ces hommes, qui se livrent avec autant de générosité, devenait de plus en plus douloureux », écrit Frédéric Lopez.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. INDIA FIELD HOCKEY WORLD CUP 2018

    Coupe du monde de hockey: un titre tellement beau et mérité pour les Red Lions

  2. marche contre Marrakech

    «Rats de gauches», «notre peuple d’abord»: des extrémistes flamands dérapent dans le quartier européen

  3. Le président de la COP24, le secrétaire d’Etat polonais Michal Kurtika, n’a pas caché sa joie à l’issue de la conférence. © AFP.

    Climat: la COP24 a fait le job technique, mais elle passe à côté des ambitions

Chroniques
  • Chroniques et chroniqueurs: à quoi servent-ils?

    Il est d’usage, en fin d’année, de faire des bilans et d’émettre des vœux. Voilà trois ans que je tiens cette chronique, laquelle est la 153e publiée sur le site du Soir ; l’occasion, pour une fois, de me conformer à l’usage…

    Pour être précis, j’ai commencé les chroniques dans les pages du Soir en 2002. Je peux déjà faire une double constatation : les sujets qui agitent l’actualité aujourd’hui étaient présents à l’époque (montée des extrêmes droites, du nationalisme, du repli identitaire, du populisme ; terrorisme islamiste et d’extrême droite ; défi climatique ; délitement de la démocratie représentative ; financiarisation outrancière du monde et soumission du politique à la finance) ; leur acuité n’a fait que se renforcer, parce que les réponses qui y ont été apportées ont été insuffisantes, inefficaces, voire absentes.

    Il n’y a, je pense, pas grand intérêt à publier des volumes de chroniques, car celles-ci sont le plus souvent ancrées dans une actualité singulière, quand bien même, à la différence d’un...

    Lire la suite

  • La Belgique, j’voudrais bien mais j’peux point

    Le confédéralisme ? La N-VA n’a pas besoin de le revendiquer, il pourrait lui arriver tout cuit. Cela relèverait d’ailleurs du crime parfait car ce ne sont pas les empreintes des nationalistes qu’on trouvera sur le couteau à trancher de l’Etat belge. Bart De Wever n’aura qu’à se baisser pour ramasser les morceaux d’une Belgique en puzzle que les membres, notamment du MR, sont quasiment acculés à constater ingouvernable. Et alors, en route vers le chacun chez soi ?

    La Belgique fait du...

    Lire la suite