Manifestation contre le racisme à Bruxelles : «Trop is te veel» (photos et vidéos)

Quelque 200 personnes se sont réunies dimanche matin sur la place Poelaert à Bruxelles pour protester contre la haine, le racisme et l’islamophobie. La manifestation était organisée par le Collectif contre l’Islamophobie en Belgique (CCIB), sous le slogan « Trop is te veel ». «Nous constatons ces derniers mois une explosion du nombre d’agressions islamophobes et racistes», s’est insurgé le président du collectif, Mustapha Chairi. «Et notre gouvernement ne fait rien contre.»

«Il s’agit d’une action parmi d’autres que nous entreprenons cette semaine, qui sera notre première semaine bruxelloise d’actions contre la haine et le racisme», a précisé le président du CCIB. «Nous organisons des réunions ou des conférences à cinq endroits de Bruxelles qui jouent un rôle dans la lutte contre le racisme. Ce dimanche, c’était devant le palais de justice car si les citoyens victimes de haine ou de racisme ne peuvent compter sur la justice, où peuvent-ils aller? »

Le gouvernement critiqué

« Trop is te veel » n’a pas été choisi par hasard comme devise, poursuit Mustapha Chairi.«Le racisme envers la présentatrice météo de la RTBF Cécile Djunga n’est qu’un exemple des agressions racistes et islamophobes trop nombreuses commises ces derniers mois. Ces agressions ont explosé ou ont été rendues davantage publiques. C’est bien que quelqu’un comme Mme Djunga révèle ces faits afin que d’autres victimes, qui n’osent pas parler, puissent se reconnaître en elle et constatent le soutien qu’elle reçoit.»

Le président du CCIB a également fustigé l’inaction des différents gouvernements du pays.«On nous promet depuis des années un plan interfédéral contre le racisme et la discrimination mais il n’a toujours pas abouti.»

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La grogne est perceptible dans les écoles primaires et maternelles de Wallonie et de Bruxelles.

    Le blues des directeurs des écoles maternelles et primaires

  2. «
La porte de Mme May est ouverte mais son esprit reste fermé
» a réagi un député travailliste à la chambre de Communes ce luni.

    Brexit: Theresa May promet l’impossible

  3. ©IGOR PREYS

    Procès Nemmouche: un retour à l’effroi des premières heures qui ont suivi la tuerie

Chroniques
  • Gilets jaunes - médias: la haine face à la complaisance

    L’autre samedi, en tête du cortège de 7.000 gilets jaunes parisiens, une banderole : «  Le peuple veut la chute du régime !  »

    Respecter l’autre implique qu’on écoute et entende ce qu’il dit. Or, ce qui était dit là était explicite. Plus question de taxe carbone ou de CSG, mais la volonté affirmée d’abattre le pouvoir en place sans recourir, pour ce faire, à des élections.

    «  Macron démission !  » et, au-delà, «  renverser le régime !  ». Lequel ? La République ? La démocratie représentative ? La Ve République ?

    Dans tous les cas, on se retrouve là confronté à une intention « putschiste » avouée. Les leaders improvisés et autoproclamés du mouvement ne le dissimulent nullement, même si la plupart des gilets jaunes, ceux des ronds-points en particulier, n’entendent, eux, qu’exprimer un mal...

    Lire la suite

  • Les directions aussi attendent de la considération

    Un pilote… Vingt casquettes… La fonction de directeur est à l’école fondamentale ce que Rémy Bricka fut dans les années 70-80 à la variété française : un homme-orchestre, capable de jouer d’une demi-douzaine d’instruments en même temps. Et d’en maîtriser bien d’autres. La preuve par l’agenda d’une directrice lundi matin : signer un contrat avec une nouvelle enseignante, recevoir un couple de parents dépassés, répondre aux sollicitations de l’Afsca, gérer un dossier...

    Lire la suite