Un candidat CD&V intercepté pour trafic de drogues

Un candidat CD&V intercepté pour trafic de drogues

Un candidat sur la liste CD&V à Anvers a été appréhendé pour commerce de drogues, alors que trois kilos d’héroïne ont été découverts dans une voiture dans laquelle il se trouvait, rapportent lundi Het Nieuwsblad, De Standaard, la Gazet van Antwerpen et Het Belang van Limburg. La nouvelle tombe au plus mal pour Kris Peeters, qui tire la liste chrétienne-démocrate dans le bastion N-VA de Bart De Wever, car le ministre lance le même jour un plan de lutte internationale contre la drogue.

Le suspect est Rediart Cankja (41), 46e sur la liste CD&V à Anvers et 10e sur la liste de la même formation pour le district Ekeren. M. Cankja et Shpresa S., une femme originaire du Kosovo, ont été interceptés par la police française à Vitry, une ville frontière entre la France et la Suisse en début de semaine passée. Trois kilos d’héroïne ont été retrouvés cachés dans le véhicule qui était enregistré au nom de Shpresa S., ont confirmé des sources policières. Selon les enquêteurs, la drogue était destinée au marché suisse.

Des enquêteurs pas surpris

Les enquêteurs ne sont pas si surpris que le candidat CD&V soit impliqué dans le trafic de drogues. Ils connaissent plusieurs personnes de son entourage qui baignent dans des affaires de stupéfiants. «Si tout se tient, il est évident que cet homme ne pourra pas figurer sur la liste», a réagi Kris Peeters.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©Belga

    Les coulisses du retour de Vincent Kompany à Anderlecht

  2. Oulare et les Rouches n’ont eu que peu d’occasions à Genk dimanche.

    Le Standard en Europe sans passer par la case «barrage»

  3. La Belge Sylvia Huang se produira ce lundi.

    Dernière ligne droite pour les finalistes du Reine Elisabeth

Chroniques
  • Mawda, la dignité humaine

    Voilà un an que la petite Mawda a été tuée par un policier, lors d’une course-poursuite absurde qui s’inscrivait dans la chasse aux migrants lancée et voulue par Theo Francken et Jan Jambon, encouragée et autorisée par Charles Michel – l’opération « Medusa » dont le but était clairement de « faire du chiffre » en interpellant un maximum de migrants tout en prétendant lutter contre « la traite des êtres humains ». Tout, dans cette affaire et dans la gestion politique de ce dossier, est indigne, côté gouvernement. Heureusement, des citoyens et des citoyennes ont pu, un tant soit peu, sinon sauver l’honneur de notre pays, du moins rendre un peu de dignité aux victimes.

    Hasard de calendrier ? Sans doute pas tout à fait ; ce samedi 18 mai, Hart boven Hard et Tam-Tam organisent...

    Lire la suite