Accueil Économie Mobilité

Ryanair: diplomate en Belgique, menaçant en Allemagne

En Belgique, Ryanair doit analyser la convention proposée ce mardi par les syndicats. En Allemagne, où il y aura grève ce 12 septembre, la compagnie menace de supprimer des vols, donc des emplois.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 4 min

En irlandais comme dans le reste de l’empire Ryanair, on mélange « marcher sur des œufs » et « le cul entre deux chaises ». Montrer d’un côté sa bonne volonté à négocier des avancées sociales promises depuis près d’un an et, de l’autre, afficher sa détermination à dire non, quitte à menacer. C’est le résumé de la journée de mardi pour la low cost irlandaise.

À Bruxelles, devant le président de la commission paritaire, plus devant un « simple » conciliateur social, Ryanair participe à une nouvelle tentative de négociation avec les représentants des syndicats (CNE/LBC, Setca, CGSLB) ainsi que des pilotes (Beca). Il y a déjà eu constat de carence (échec) lors d’une précédente tentative qui n’ pas permis d’éviter les grèves du mois d’août. Ce 11 septembre, c’est une autre grève qui est dans le collimateur des négociateurs, la probable « plus grande action de grève que la compagnie ait jamais connue » du 28 septembre.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Mobilité

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs