Accueil Monde

Boko Haram: les jeunes filles kamikazes «ne savent pas» qu’elles portent des bombes

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 1 min

Bon nombre des jeunes filles utilisées par le groupe islamiste Boko Haram pour mener des attentats-suicides au Nigeria et dans les pays voisins ne savent probablement pas qu’elles portent des explosifs, a affirmé mardi une experte de l’ONU. Les islamistes de Boko Haram ont de plus en plus recours depuis quelques mois à des kamikazes, en majorité des femmes ou des filles – parfois très jeunes –, dans le nord-est du Nigeria, fief du groupe, au Cameroun, au Tchad et au Niger voisins.

« Bon nombre d’entre elles ne savent pas qu’on va les faire exploser », a déclaré à la presse Leila Zerrougui, représentante spéciale du secrétaire général de l’ONU pour les enfants et les conflits armés, précisant que les explosifs étaient déclenchés à distance, selon les services de sécurité des pays touchés. « Personnellement, je doute que les enfants savent », a affirmé Mme Zerrougui, soulignant que ces kamikazes n’ont souvent qu’11 ou 12 ans. « Cela veut dire qu’elles ne font pas (exploser les bombes) elles-mêmes. »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Monde

Salman Rushdie: un symbole poignardé

Le célèbre écrivain d’origine indienne a subi une agression au couteau à New York. Depuis 33 ans, sa dimension littéraire a été occultée par une vision réductrice d’une œuvre ample et généreuse.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs