Inculpé, Jean-Pierre Lutgen retirera les pavés litigieux

Jean-Pierre Lutgen © Belga
Jean-Pierre Lutgen © Belga

L’information peut paraître anecdotique pour ceux qui ne suivent pas la politique locale à Bastogne : ce mercredi matin sur La Première, Jean-Pierre Lutgen s’est engagé à retirer les pavés qu’il avait installés près du siège social de son entreprise Ice-Watch, sur la place McAuliffe à Bastogne. Cette intervention urbanistique lui vaut en effet une inculpation qui risquait de faire tâche au cours de la campagne électorale qui débute dans la cité ardennaise. L’entrepreneur espère ainsi être tiré d’affaires sur un plan judiciaire. Reste toutefois à attendre les décisions formelles des cours et tribunaux, ce qui peut prendre du temps…

À l’époque où il modernisait ses locaux, Jean-Pierre Lutgen avait pris l’initiative d’aménager et de moderniser les abords du site, sans avoir obtenu de permis pour le placement de nouveaux pavés. Depuis 2013, cette initiative est au centre d’une polémique et d’une bataille juridique qui a contribué à la dégradation des rapports entre l’homme d’affaires et la commune de Bastogne, dont son frère Benoît, le président du CDH, est le bourgmestre depuis 2012.

« Une Bataille pour Bastogne, pas contre mon frère »

Mardi, Jean-Pierre Lutgen a annoncé qu’il conduirait la liste C+ en vue des communales. Il entre ainsi en concurrence directe avec son frère qui sera le chef de file de la liste du bourgmestre-CDH. Le patron d’Ice-Watch refuse de parler de duel fratricide. Mais il s’agit bien de cela : un face-à-face familial peu banal puisque les deux hommes sont les candidats bourgmestres désignés par leurs clans.

La liste C+ se compose d’une dizaine de citoyens sans étiquette, mais aussi de représentants du MR, du PS, d’Ecolo et de Défi. À peine Jean-Pierre Lutgen avait-il annoncé sa candidature qu’un malaise semblait poindre : une tête de liste digne de ce nom peut-elle être sous le coup d’une inculpation, même si la gravité des faits est toute relative ? L’éthique est au centre de nombreux discours, et Olivier Maingain, le président de Défi, compte parmi ceux qui se montrent très exigeants sur l’intégrité des candidats.

Avec ou sans Défi  ?

Défi pouvait-il partager une aventure politique avec Jean-Pierre Lutgen, dans ces conditions ? Maingain s’était donné 48 heures de réflexion, le temps de faire toute la lumière sur la situation à Bastogne. Le temps est compté : la date limite pour le dépôt des listes est fixé à ce vendredi 14 septembre en Wallonie. En annonçant son intention de remettre la place McAuliffe en l’état, Jean-Pierre Lutgen veut tuer la critique dans l’œuf. Il pose un geste. Mais cela ne suffira sans doute pas à ramener la sérénité à Bastogne.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les membres du Jury de Cannes, présidé par Alejandro Gonzalez Inarritu © AFP

    Le Palmarès du 72e festival de Cannes donne l’impression de ne vouloir froisser personne!

  2. POLITICS ELECTIONS DEFI MEETING

    Elections 2019: les coulisses de la campagne en 7 anecdotes

  3. © Pierre-Yves Thienpont.

    #MaPremièreCampagne: pourquoi j’adore voter

Chroniques
  • «En entreprises»: le pluriel est-il de mise?

    « En » et « dans »

    «  Des formations zéro faute en entreprises  » titrait, le 8 avril dernier, votre quotidien favori dans sa version « papier ». S’ensuivirent les doléances d’une lectrice qui se disait très étonnée à la lecture de ce titre. Qu’est-ce qui a pu choquer dans la formule incriminée ? Le caractère trop ambitieux de l’objectif « zéro faute » ? Point du tout ! C’est la marque du pluriel au nom entreprises. Pourtant, ces formations ne sont pas destinées à une seule entreprise, mais à plusieurs ; elles seront dispensées dans les entreprises. Pour des formations zéro faute, un bref retour sur le couple en / dans les peut s’avérer utile.

    L’emploi de la préposition en pour introduire un complément de lieu est d’usage général en français : travailler en usine, croupir en prison, s’éclater en boîte, servir en salle, entrer en conclave. Dans ces expressions, il...

    Lire la suite

  • Avis aux partis: lundi, la campagne, c’est fini!

    Ce dimanche, la parole est aux électeurs. A ceux qui pensent que le vote ne sert à rien, ce rappel très utile : le soir des élections, ce sont les résultats que chaque parti scrutera avec angoisse. C’est la mathématique qui désigne les vainqueurs et qui prend une claque, au nord comme au sud du pays. Aucun jeu n’est fait et les votes exprimés peuvent bouleverser les cartes et rendre des alliances si pas impossibles, difficiles ou illégitimes. Il y a toujours des surprises les soirs d’élections, et ce sont les citoyens qui les...

    Lire la suite