Inculpé, Jean-Pierre Lutgen retirera les pavés litigieux

Jean-Pierre Lutgen © Belga
Jean-Pierre Lutgen © Belga

L’information peut paraître anecdotique pour ceux qui ne suivent pas la politique locale à Bastogne : ce mercredi matin sur La Première, Jean-Pierre Lutgen s’est engagé à retirer les pavés qu’il avait installés près du siège social de son entreprise Ice-Watch, sur la place McAuliffe à Bastogne. Cette intervention urbanistique lui vaut en effet une inculpation qui risquait de faire tâche au cours de la campagne électorale qui débute dans la cité ardennaise. L’entrepreneur espère ainsi être tiré d’affaires sur un plan judiciaire. Reste toutefois à attendre les décisions formelles des cours et tribunaux, ce qui peut prendre du temps…

À l’époque où il modernisait ses locaux, Jean-Pierre Lutgen avait pris l’initiative d’aménager et de moderniser les abords du site, sans avoir obtenu de permis pour le placement de nouveaux pavés. Depuis 2013, cette initiative est au centre d’une polémique et d’une bataille juridique qui a contribué à la dégradation des rapports entre l’homme d’affaires et la commune de Bastogne, dont son frère Benoît, le président du CDH, est le bourgmestre depuis 2012.

« Une Bataille pour Bastogne, pas contre mon frère »

Mardi, Jean-Pierre Lutgen a annoncé qu’il conduirait la liste C+ en vue des communales. Il entre ainsi en concurrence directe avec son frère qui sera le chef de file de la liste du bourgmestre-CDH. Le patron d’Ice-Watch refuse de parler de duel fratricide. Mais il s’agit bien de cela : un face-à-face familial peu banal puisque les deux hommes sont les candidats bourgmestres désignés par leurs clans.

La liste C+ se compose d’une dizaine de citoyens sans étiquette, mais aussi de représentants du MR, du PS, d’Ecolo et de Défi. À peine Jean-Pierre Lutgen avait-il annoncé sa candidature qu’un malaise semblait poindre : une tête de liste digne de ce nom peut-elle être sous le coup d’une inculpation, même si la gravité des faits est toute relative ? L’éthique est au centre de nombreux discours, et Olivier Maingain, le président de Défi, compte parmi ceux qui se montrent très exigeants sur l’intégrité des candidats.

Avec ou sans Défi  ?

Défi pouvait-il partager une aventure politique avec Jean-Pierre Lutgen, dans ces conditions ? Maingain s’était donné 48 heures de réflexion, le temps de faire toute la lumière sur la situation à Bastogne. Le temps est compté : la date limite pour le dépôt des listes est fixé à ce vendredi 14 septembre en Wallonie. En annonçant son intention de remettre la place McAuliffe en l’état, Jean-Pierre Lutgen veut tuer la critique dans l’œuf. Il pose un geste. Mais cela ne suffira sans doute pas à ramener la sérénité à Bastogne.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Elections communales 2018 à Bastogne|Politique
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La N-VA peut souffler
: avoir débranché la prise du gouvernement fédéral n’a visiblement pas traumatisé son électorat. © Belga.

    Grand Baromètre: en Flandre, la N-VA ne paie pas la chute du gouvernement

  2. Mehdi Nemmouche assure qu’il se tait pour protéger sa grand-mère. Mais celle-ci ne veut plus entendre parler de lui.

    Nemmouche renié par les siens: «Il a sali notre nom de famille»

  3. Zineb | INVITÉE DE LA RÉDACTION (2)

    Zineb El Rhazoui au «Soir»: «Quand j’entends parler de religion dans la cité, mes anticorps me crient méfiance!»

Chroniques
  • «Février sans supermarché», jour 15: quand j’ai dévalisé un supermarché... alternatif

    Par Louise Tessier

    Aujourd’hui, j’ai (presque) fait une seconde entorse au règlement : je me suis rendue dans un supermarché. Mais pas n’importe lequel. Un supermarché collaboratif, qui favorise «  les produits issus d’une démarche respectueuse de l’humain et de l’environnement  ». Tout un programme !

    À la Bees-Coop de Bruxelles, on trouve de tout comme dans un supermarché traditionnel, mais en version plus ou moins bio, local, zéro déchet, équitable. « Plus ou moins » parce qu’il y a un peu de tout ça, mais que chaque produit ne répond pas à l’ensemble de ces critères. Et ce qui fait surtout l’originalité de l’endroit, c’est que c’est collaboratif : pour pouvoir faire ses courses à la Bees-Coop, il faut devenir collaborateur. Chaque membre doit investir 25 euros dans la coopérative (qui ne poursuit pas de but lucratif), puis s’...

    Lire la suite

  • Les Flamands, nos frères: la magie des livres

    P ensez-vous que le président Macron devrait lire votre roman ?  » A cette question, Nicolas Mathieu, le lauréat du prix Goncourt 2018 qui décrit la réalité sociale dévastée de l’est de la France, répondait : «  Je pense que oui.  » «  Pourquoi ?  », demandait le journaliste. «  Parce que les livres créent de l’empathie....

    Lire la suite