Thierry Henry en demandait trop pour rejoindre Bordeaux: «Il voulait contrôler toute la politique sportive et avoir cinq recrues»

©Belga
©Belga

L’avenir de Thierry Henry au sein du staff de l’équipe nationale belge était plus qu’incertain après la Coupe du monde. Le Français avait laissé savoir qu’il souhaitait entamer une carrière en tant qu’entraîneur principal, et semblait tout proche de rejoindre les Girondins de Bordeaux. Finalement, Henry est resté avec les Diables rouges, occupant désormais le poste de T2.

Les raisons de l’échec des négociations avec Bordeaux étaient alors définies comme purement financières, mais Joe DaGrosa, le nouveau propriétaire du club, donne aujourd’hui plus de précisions.

Un droit de veto sur les transferts

Dans les colonnes de L’Equipe, l’Américain explique dans un premier temps que « dans chaque affaire, il y a des business plan. On espérait trouver un arrangement avec Thierry Henry mais, parfois, des personnes raisonnables peuvent aussi être en désaccord. C’est ce qu’il s’est passé. J’ai beaucoup de respect pour Henry. Il a été un immense joueur et il a un plan de carrière très intéressant, mais on a pris une décision financière et pas affective. » DaGrosa indique que c’est bien Bordeaux qui a mis fin aux négociations. « À la fin de notre réunion, nous avons clairement fait savoir que c’était nous qui quittions les discussions pour des raisons financières. »

Le quotidien français révèle les diverses requêtes de Thierry Henry. Le Français voulait contrôler la politique sportive de l’équipe première jusqu’au centre de formation. Il souhaitait également cinq transferts avant la fin du mercato et avoir un droit de veto sur tous les transferts entrants ou sortants. Des demandes bien trop conséquentes et qui ont refroidi la direction bordelaise.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20200212-3YVA7Z 2020-02-12 17:32:02

    L’Europe a un plan pour gagner la 2e manche du numérique

  2. «
Un client a une rentabilité de 0,11
% sur son épargne, 5,9
% de rendement pour nos actionnaires, cela me paraît déjà pas mal
!», estime Marc Lauwers, CEO.

    Marc Lauwers: «Argenta continuera à offrir des services non rentables»

  3. Bernard Bousmanne a sorti des réserves de la Bibliothèque nationale du Mont des Arts la pièce emblématique du futur KBR Museum
: les «
Chroniques de Hainaut
» de 1446.

    KBR, le futur musée des trésors licencieux du Siècle d’or

La chronique
  • Ecoles: que faire du cours de morale?

    C’est un enjeu dérisoire au regard de la marche du monde, mais il est révélateur des ambiguïtés de la politique belge, et plus précisément francophone.

    En vertu de l’article 24 de la Constitution, qui prolonge sur ce point le Pacte scolaire, les écoles publiques doivent offrir le choix entre l’enseignement d’une des religions reconnues et celui de la morale non confessionnelle. La création d’un cours de philosophie et citoyenneté n’a pas modifié cet état de fait : elle a seulement réduit l’horaire consacré à ces cours à une heure par semaine au lieu de deux.

    Le cours de morale non confessionnelle reste donc organisé. Or il se trouve que, au 1er septembre 2021, ses enseignants devraient détenir un « certificat en didactique du cours de morale non confessionnelle » pour exercer leur fonction. Ce certificat doit donc être mis en place, mais cela suppose de répondre au préalable à une question difficile : à quoi sert encore le cours de morale, aujourd’hui ?

    Lorsque l’on a commencé à...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: des acteurs qui tournent en rond dans une pièce sans portes ni fenêtres

    Le catch 22 est une situation paradoxale à laquelle un individu ne peut échapper en raison de règles ou de limitations contradictoires. Le terme a été inventé par Joseph Heller qui l’a utilisé dans son roman « 1961 Catch 22 », se référant à une règle de l’Air Force selon laquelle un pilote qui continue à mener des combats aériens sans demander d’être relevé est considéré comme fou, mais est jugé assez sain d’esprit pour continuer à voler dès lors qu’il fait cette requête. On pourrait aussi parler de solution kafkaïenne où...

    Lire la suite