Accueil Société

La détention préventive à domicile, une lutte contre la surpopulation carcérale?

De 8 à 13 % des prévenus placés sous mandat d’arrêt bénéficient d’un bracelet électronique. 308 personnes : c’est l’équivalent d’une prison moyenne. Mais le système est aussi critiqué.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 3 min

Depuis l’entrée en vigueur en janvier 2014 de la loi permettant la détention préventive sous surveillance électronique, de plus en plus de détenus placés sous mandat d’arrêt ont pu bénéficier d’une détention à domicile sous bracelet électronique.

De plus en plus de bracelets. L’accroissement est spectaculaire. Si en 2014, seuls 64 préventifs s’étaient vus placer un bracelet électronique dans l’attente de leur comparution devant une juridiction de jugement, ils étaient 308 à la date du 4 mai 2018 (contre 212 six mois plus tôt). Selon la réponse apportée à une question parlementaire par le ministre de la Justice Koen Geens, ces 308 « préventifs sous surveillance électronique » représentaient 7,89 % des détenus préventifs qui forment 40 % de la population carcérale qui s’établissait au 20 août à 10.065 détenus.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs