Accueil Culture Musiques

Rachid Taha, du rock dans la casbah et du chaâbi dans sa douce France

Le chanteur franco-algérien était un troubadour punk qui a construit des ponts entre l’Orient et l’Occident.

Article réservé aux abonnés
Journaliste aux services Culture et Médias Temps de lecture: 3 min

Rachid Taha s’en est allé comme il est arrivé. Sans prévenir, en passant la porte d’un pas assuré et élégant. Sans peur et sans crainte. Le pas du vagabond, du troubadour, qui va de pays en pays pour construire des ponts entre les peuples.

Arrivé en France à l’âge de dix ans, le natif d’Oran (1958) était de ces garçons turbulents qui avaient besoin de bouger pour sentir les choses. Toujours en mouvement, il cherchait la découverte, le partage, toujours en musique. Après des études de comptabilité et des petits boulots d’usine qui l’éloignaient de lui-même, Rachid Taha forme le groupe Carte de Séjour à Lyon en 1981.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Musiques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs