Accueil

IVG hors du code pénal: «Je peux comprendre l’IVG dans certaines situations»

L’évêque de Tournai estime qu’il n’a pas à commenter les décisions du CD&V et du CDH qui vont voter une loi sortant l’avortement du code pénal.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 1 min

Sur la question de l’IVG, que le gouvernement, avec l’appui du CDH, entend sortir du code pénal (en maintenant néanmoins des sanctions pénales), l’évêque se montre plus flou. Il n’a pas à commenter les choix posés par les partis « chrétiens », estime-t-il. Il dit s’inquiéter du fait qu’une femme forcée d’avorter par son compagnon, par exemple, ne pourrait plus être protégée, comme elle l’est par le code pénal. Nous signalons que faire avorter une personne sans son consentement resterait une infraction dans le code pénal. Dans ce cas… « Pour le reste, avec l’évolution des mentalités, je ne sais pas exactement vers où on va, poursuit l’évêque. L’avortement n’est quand même pas un acte banal, mais je peux le comprendre dans certaines situations. Je ne condamne pas. »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs