«Jan Fabre, une forte personnalité mais cela n’a rien à voir avec du harcèlement sexuel», réagit la compagnie Troubleyn

Jan Fabre © Le Soir
Jan Fabre © Le Soir

Une vingtaine de collaborateurs et stagiaires de Jan Fabre se plaignent du comportement de l’artiste anversois dans une lettre ouverte publiée sur le site internet du magazine spécialisé dans l’art rekto : verso. Des faits d’humiliation et d’intimidation sexuelle sont évoqués. Il est aussi reproché à Jan Fabre d’avoir humilié des femmes durant des répétitions à coup de «critiques douloureuses et souvent ouvertement sexistes ».

Affirmant s’exprimer dans l’intérêt du public et afin d’informer les futures générations d’artistes amenés à travailler avec Jean Fabre, ceux-ci dénoncent une série de faits survenus dans le cadre de leur collaboration comme danseurs ou employés de l’association Troubleyn.

La lettre ouverte complète est à lire en néerlandais et en anglais ici

La réaction de Troubleyn...

Prévenue de la publication de cette lettre, la companie Troubleyn a réagi dans un communiqué réfutant les différentes accusations.«Nous sommes accusés de comportements inappropriés et il est en plus affirmé que la compagnie n’a pas réagi à ces situations», peut-on y lire. Mais l’essentiel de cette réaction consiste à déplorer que la chose s’étale dans les médias et que Jan Fabre soit ainsi publiquement

Sans répondre directement à aucune des accusations précises formulées dans la lettre ouverte, Troubleyn rappelle que tout le monde sait que Jan Fabre a une forte personnalité mais que cela n’a rien à voir avec du harcèlement sexuel, chaque membre de la compagnie pouvant interpréter les choses à sa façon.

et celle de Jan Fabre

Fabre et Troubleyn réfutent les critiques publié dans un droit de réponse sur le site de rekto:verso: «Nous ne forçons personne ici à faire des choses qui sont considérées pour l’un, l’une ou l’autre comme au-delà de ses limites». Ils regrettent en outre qu’un procès soit mené dans les médias sans possibilité de se défendre et contestent tout comportement inapproprié.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. C’est Stéphane Moreau qui a obtenu le bonus et les indemnités de rétention les plus importants.

    Nethys: les managers devaient réduire leur salaire… ils ont touché 18 millions

  2. Pour Maxime Prévot, « il est J – 1 pour la Belgique ». Donc le CDH veut se mouiller, « pour un Etat juste et efficace ».

    Maxime Prévot au «Soir»: «Le CDH veut être un acteur de la solution et pas de la dissolution de ce pays»

  3. En matière d’emploi, Bernard Clerfayt (Défi) entend privilégier les mesures dont le rapport coût-efficacité est le meilleur.

    Bernard Clerfayt: «Actiris doit faire mieux»

La chronique
  • Voilà ce qui me rend triste, M. Jambon

    Mon premier souvenir ? Isabella’s room, définitivement. Un choc, une plongée en « flamanditude » dont je ne me suis jamais remise. Comme si chaque autre spectacle ou livre, ensuite, servait le besoin d’en reprendre, de me « refaire une ligne » de cette culture et de cette langue âpre qui soudain m’avait transpercée, comme trouvée. Des objets partout sur la scène, des langues mélangées, c’était baroque, c’était émouvant, c’était déjanté. Et puis il y avait Viviane De Muynck, d’une élégance folle sur ses hauts talons improbables, les seins généreux offerts au public et avec sa voix de basse pour achever le travail. C’était au Kaaitheater, et ce sera 15 ans plus tard, au Théâtre National : j’ai adoré alors l’idée que cette pièce culte pour les Flamands le devienne aussi pour les francophones.

    Le deuxième souvenir ? Toernee Generale assurément. Le journaliste culturel du Soir de l’époque, Laurent Ancion, nous avait amené deux directeurs de théâtre à Bruxelles qui faisaient, nous avait-il dit, « un truc formidable »...

    Lire la suite

  • Nethys: l’argent du mensonge et de la honte

    11,6 millions d’euros. On répète : 11,6 millions d’euros. Voilà donc le pactole de Stéphane Moreau. L’argent du mensonge et de la honte.

    Le mensonge ? Pas une fois, pas deux fois, mais un nombre incalculable de fois, le manager de Nethys, ses adjoints, des administrateurs du groupe, de son actionnaire Enodia et des hommes politiques se sont portés en faux contre les rumeurs qui disaient que les managers de Nethys avaient accepté in fine la baisse de leur salaire imposée par la...

    Lire la suite