«Jan Fabre, une forte personnalité mais cela n’a rien à voir avec du harcèlement sexuel», réagit la compagnie Troubleyn

Jan Fabre © Le Soir
Jan Fabre © Le Soir

Une vingtaine de collaborateurs et stagiaires de Jan Fabre se plaignent du comportement de l’artiste anversois dans une lettre ouverte publiée sur le site internet du magazine spécialisé dans l’art rekto : verso. Des faits d’humiliation et d’intimidation sexuelle sont évoqués. Il est aussi reproché à Jan Fabre d’avoir humilié des femmes durant des répétitions à coup de «critiques douloureuses et souvent ouvertement sexistes ».

Affirmant s’exprimer dans l’intérêt du public et afin d’informer les futures générations d’artistes amenés à travailler avec Jean Fabre, ceux-ci dénoncent une série de faits survenus dans le cadre de leur collaboration comme danseurs ou employés de l’association Troubleyn.

La lettre ouverte complète est à lire en néerlandais et en anglais ici

La réaction de Troubleyn...

Prévenue de la publication de cette lettre, la companie Troubleyn a réagi dans un communiqué réfutant les différentes accusations.«Nous sommes accusés de comportements inappropriés et il est en plus affirmé que la compagnie n’a pas réagi à ces situations», peut-on y lire. Mais l’essentiel de cette réaction consiste à déplorer que la chose s’étale dans les médias et que Jan Fabre soit ainsi publiquement

Sans répondre directement à aucune des accusations précises formulées dans la lettre ouverte, Troubleyn rappelle que tout le monde sait que Jan Fabre a une forte personnalité mais que cela n’a rien à voir avec du harcèlement sexuel, chaque membre de la compagnie pouvant interpréter les choses à sa façon.

et celle de Jan Fabre

Fabre et Troubleyn réfutent les critiques publié dans un droit de réponse sur le site de rekto:verso: «Nous ne forçons personne ici à faire des choses qui sont considérées pour l’un, l’une ou l’autre comme au-delà de ses limites». Ils regrettent en outre qu’un procès soit mené dans les médias sans possibilité de se défendre et contestent tout comportement inapproprié.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Quatre heures et cinq minutes
: c’est la durée du rapport que Joachim Coens (CD&V) et Georges-Louis Bouchez (MR) ont fait au roi Philippe mardi après-midi. © Belga.

    Négociations fédérales: ultime pression sur le PS pour se lancer avec la N-VA

  2. La connivence entre Trump et Netanyahou s’est affichée mardi à Washington.

    Proche-Orient: le plan «de paix» de Trump comble Netanyahou d’aise

  3. © Belga.

    Comment concrètement reconnaître Delphine? Nouveau désaccord…

La chronique
  • Chez les Britanniques, le départ d’Harry et Meghan anime plus que le Brexit

    Par Marc Roche

    Il y a en ce moment au 10 Downing Street un homme épanoui. Boris Johnson arbore l’air réjoui et apaisé de celui à qui Dame Fortune rend enfin belle et bonne justice après lui avoir fait si longtemps antichambre. Le Premier ministre irradie littéralement de plaisir. On le comprend. Lui qui a toujours abhorré la construction européenne se retrouve au centre de la fête du départ officiel de l’Union européenne prévu pour le 31 janvier.

    Mais quelle fête au juste ? A part une toute nouvelle pièce de monnaie de 50 pence commémorant l’événement, le largage des amarres passe inaperçu. La reprise de la course solitaire au grand large succédant à plus de quatre décennies d’arrimage au Vieux continent ne donne lieu à aucune célébration populaire. Ni feu d’artifice, ni street parties. Le début d’une ère nouvelle est marqué dans l’indifférence générale des sujets de Sa Majesté.

    Un...

    Lire la suite

  • Par Béatrice Delvaux Editorialiste en chef

    Delphine Boël reconnue par Albert II: ainsi soit-elle!

    Delphine Boël est la fille du roi Albert II. La belle affaire ! Il n’y avait plus que le roi pour le nier. Contre l’évidence – son comportement passé envers cette petite fille, sa propre connaissance des liens qui l’unissaient à elle – et contre toute sagesse. Mais surtout contre tout respect pour son enfant. Et c’est là toute la disgrâce de cette histoire.

    Aujourd’hui, Albert II déclare dans un communiqué qu’il veut mettre un terme « dans l’honneur et la dignité » à cette « ...

    Lire la suite