Accueil Opinions Chroniques

L’Arabie saoudite, le Canada et l’Europe Ponce Pilate

Le torchon brûle entre Riyad et Ottawa sur la question des droits de l’homme, sous le regard quasi impassible des démocrates européens.

Article réservé aux abonnés
Chroniqueur Temps de lecture: 5 min

Le choix était simple. D’un côté, Chrystia Freeland, la ministre libérale des Affaires étrangères du Canada ; de l’autre, le prince héritier et vice-Premier ministre saoudien, Mohammed ben Salmane. Avec, entre les deux, un tweet, diffusé début août, dans lequel la ministre canadienne demandait la libération par Riyad de militantes des droits des femmes, dont ², et de son frère, Raif, le blogueur condamné à dix ans de prison et à mille coups de fouet pour « blasphème ».

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Anne Lacourt, jeudi 13 septembre 2018, 19:09

    Et oui, pour les gouvernements europeens apparement le simple droit des femmes a une vie respectee et libre est beaucoup moins important que l'importation de petrole venant de et l'exportation d'armes allant vers l'Arabie Saoudite. Une femme est passible de la peine de mort pour avoir proteste et l'Europe ne dit rien!

Aussi en Chroniques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs