Accueil Belgique Politique

La précarité, frein majeur à la formation

Le ministre Gosuin a commandé une étude sur les raisons des abandons de formations chez les chômeurs. Les conclusions pointent l’importance de la précarité. La dégressivité accrue des allocations de chômage risque de renforcer cet obstacle au retour à l’emploi.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 4 min

Dégressivité. Cet été, à l’occasion du « jobs deal » conclu entre les partenaires de la majorité fédérale, le mot a été lâché. La « suédoise » entend répondre aux pénuries de main-d’œuvre pour certains métiers en accentuant la dégressivité des allocations de chômage.

Le principe serait le suivant : augmenter l’indemnité versée en début de chômage puis l’abaisser progressivement afin d’inciter le demandeur d’emploi à retrouver du boulot rapidement. Une vision contestée de la politique de l’emploi (lire ci-dessous). Et qu’une nouvelle étude commandée par le ministre bruxellois de l’Emploi, Didier Gosuin (Défi), vient encore fragiliser.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs