Didier Reynders: «Non, le contribuable n’a pas payé pour les banques» (vidéo)

Didier Reynders: «Non, le contribuable n’a pas payé pour les banques» (vidéo)

Lehman Brothers et la crise financière, c’était il y a 10 ans. A l’époque, Didier Reydners, aujourd’hui ministre des Affaires étrangères, était ministre des Finances, au cœur du chaos. Il était ce vendredi matin l’invité de Matin Première pour revenir sur la gestion de la crise financière par la Belgique.

« On se rend compte que la situation était difficile à gérer (…) On a vu que les banques partaient vers une virtuelle faillite. J’ai pris contact avec un certain nombre d’acteurs comme Lagarde, Juncker, ou Trichet, pour voir s’il fallait prendre des mesures de correction ou si on était à un niveau plus grave », raconte le ministre, qui revient sur sa gestion de la crise alors qu’elle débutait, pays après pays.

« A l’époque j’ai dit : « on va éviter qu’un quelconque citoyen belge perde son épargne. Le but premier, c’était la protection de l’épargne. Dix ans plus tard je suis très fier de voir qu’aucun client n’a perdu son épargne, dans quelque banque que ce soit ».

Le contribuable belge a-t-il payé pour les banques ? Didier Reynders répond non. « Ce n’est pas vrai. On a mobilisé des fonds pour protéger l’épargne, les épargnants. On a surtout fait payer le secteur bancaire, qui a remboursé ».

Est-ce que l’état belge a perdu des plumes ? Didier Reynders estime que ce qui a été investi par l’Etat belge a été récupéré depuis, en faisant payer le secteur bancaire. «  On récupère ce qui a été investi dans les banques parce qu’on a fait payer le secteur financier avec une taxe bancaire ».

« On sait que cette crise a entraîné une récession économique. On n’a évidemment pas encore récupéré l’ensemble de ce qui a été vécu, comme ralentissement de l’activité, perte d’entreprises et donc d’emplois, et en augmentation de la dette », explique Didier Reynders.

Si une nouvelle crise venait à démarrer, le ministre estime qu’elle pourra être mieux anticipée. « A l’époque, les clignotants qui devaient s’allumer s’allumaient pays par pays, mais pas au niveau européen. Certains collègues disaient « c’est dommage, ce qui arrive à ces pauvres Belges », mais ensuite c’est arrivé partout ailleurs. » « Ce qui a changé, depuis, c’est que la Banque centrale européenne a une responsabilité à l’échelle de la zone euro », explique Didier Reynders.

Pour les communales, Didier Reynders invite les francophones à se concentrer sur les listes francophones

Le ministre des Affaires étrangères s’est ensuite exprimé au sujet des élections communales, qui auront lieu dans un mois. « On va se rendre compte des réalités. Voir s’il est possible de faire des accords sur le plan local par-delà les grandes déclarations », a-t-il déclaré.

La N-VA à Bruxelles ? Le ministre invite les francophones à voter pour des listes francophones. « Je vais tout faire pour que ça ne se fasse pas par les voix francophones, je veux qu’elles se concentrent sur le MR, et que nous soyons la première formation politique à Bruxelles. ». « J’appelle tous les électeurs francophones à voter pour des candidats et des candidates francophones », a-t-il répété.

« Au fédéral c’est possible avec la N-VA, on a mis le communautaire de côté, on arrive à gérer les choses au moins aussi bien que ce qu’on a essayé de faire avec d’autres », a-t-il ajouté.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Song Ji Won, une machine de guerre. En plus, elle a l’air de s’amuser, ce qui donne à l’ensemble un aspect réjouissant
!

    Reine Elisabeth: Ji Won Song, la force de la simplicité

  2. Chaussée d’Ixelles à Bruxelles, piétons, vélos et bus cohabitent dans un espace semi-piétonnier. © Bruno Dalimonte.

    Les programmes à la loupe: mobilité, gros sous et belles promesses

  3. La cour et les jurés ont fait une véritable plongée dans la misère d’une famille carencée.

    Valentin Vermeesch a passé sa courte vie à essayer d’être aimé

Chroniques
  • Les enjeux du tirage au sort de citoyens

    L’idée d’instituer des parlements de citoyens tirés au sort a gagné du terrain, au point d’être reprise à des degrés divers par la plupart des partis politiques. Des listes «citoyennes» en font même un élément central de leur programme, tandis que des intellectuels au départ réticents se disent à présent favorables à ce procédé. Les sondages d’opinion, eux, montrent que la population est plus hésitante, mais il est hors de doute que l’idée a le vent en poupe.

    Il importe d’autant plus d’en clarifier le sens. On présente généralement le tirage au sort comme un moyen d’impliquer les citoyens dans la vie démocratique, de leur permettre de participer davantage à la prise de décision, et on le range souvent du côté de la démocratie directe, comme une alternative à la démocratie représentative.

    ...

    Lire la suite

  • Personne ne devrait souhaiter une guerre avec l’Iran

    Des bruits de bottes dans le Golfe ? L’expression a presque trente ans et, pourtant, elle conserve plus que jamais sa pertinence. On dira pour le moment « guerre des mots » ou « guerre froide ». La dernière crise, due au zèle une fois encore intempestif de Donald Trump, concerne évidemment l’Iran des ayatollahs. Après des années d’âpres négociations, ce pays avait signé en 2015 un accord international sur le contrôle de ses activités...

    Lire la suite