La Belgique se prépare à un pic de mortalité dû à la forte importation d’amiante par le passé

© Belga
© Belga

La Belgique se prépare à un pic de mortalité dû à la forte importation d’amiante par le passé, plus importante qu’initialement pensée, écrit De Standaard vendredi.

Entre 1948 et 1998, date de l’interdiction belge de l’amiante, au moins deux milliards de tonnes de cette substance cancérigène ont été importées dans le plat pays, selon de nouvelles données récoltées par une chercheuse de la Vrije universiteit Brussel (VUB), Laura Van den Borre, sous la direction du professeur Patrick Deboosere. C’est davantage que ce qui avait été supposé par le passé.

L’exposition à l’amiante peut mener à la formation d’un mésothéliome, une tumeur du tissu qui tapisse les poumons, l’estomac, le cœur et d’autres organes. Le Fonds Amiante, qui verse une indemnité aux victimes souffrant d’un mésothéliome, a enregistré 228 demandes reconnues l’an dernier.

Le pic du nombre de décès dus à cette tumeur devrait être atteint d’ici 2024, selon un calcul de la KU Leuven, dirigé par le professeur Ben Nemery.

Les chiffres sur les mésothéliomes ne suffisent toutefois pas à estimer le coût total de l’utilisation de l’amiante. «Il existe encore des coûts cachés, notamment parce qu’un certain nombre de cancers du poumon sont également dus à l’amiante mais sont difficiles à identifier», explique M. Nemery.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Par défaut, Netflix lance le prochain épisode automatiquement. Un bel exemple de design pensé pour scotcher l’internaute  à son écran.

    Comment les sites web manipulent l’internaute par leur design

  2. CLIMATE STUDENTS PROTEST ACTION THURSDAY

    A l’école ou dans la rue, le climat n’a pas d’âge

  3. Si Olivier Chastel est plus prudent, Charles Michel laisse entrevoir une potentielle coalition MR-Ecolo-CDH.

    Charles Michel charge «l’axe du shutdown N-VA-PS» et esquisse la «namuroise»

Chroniques
  • Martin Luther King et le syndrome Pocahontas

    Depuis 1983, le troisième lundi de janvier est un jour férié aux États-Unis ; il marque l’anniversaire de Martin Luther King, né le 15 janvier 1929.

    Dans les années 50-60, le prix Nobel de la paix 1964 fut arrêté sans ménagement à une trentaine de reprises dans son pays, harcelé sans relâche par le FBI, agoni et menacé de mort quotidiennement et finalement assassiné, le 4 avril 1968. Mais aujourd’hui – O tempora, o mores – il est de bon ton, pour les hommes politiques de tous bords, de se revendiquer de son héritage…

    Parfois, il faut se pincer ! La palme du culot échoit cette année au vice-président Mike Pence, qui n’a pas hésité à comparer les efforts de Donald Trump pour obtenir son mur à la frontière du Mexique au combat de « MLK » en faveur des droits civiques. « Une de mes citations préférées du Dr King est : “C’est l’heure de tenir les promesses de la démocratie”. Pensez à la façon dont il a changé l’Amérique. Il nous a inspirés à changer à travers le processus législatif pour devenir une...

    Lire la suite

  • Le retour de la mythique «armée européenne»

    La signature du nouveau traité d’amitié franco-allemand, mardi, dans l’hôtel de ville d’Aix-la-Chapelle sous la figure tutélaire de Charlemagne, a fait une nouvelle fois remonter à la surface le thème de l’« armée européenne ». C’est « une contribution à la création d’une armée européenne », a dit la chancelière Merkel. « Construisons une vraie armée européenne », a exhorté le président Macron.

    Le « couple » est récidiviste. Le président de la...

    Lire la suite