Plus de 70 policiers pour assurer la sécurité du procès autour de la mort d’un Hells Angels (vidéo)

Edition numérique des abonnés

D’importants moyens policiers ont été déployés vendredi matin au palais de justice de Liège, où doit se dérouler dès 14h00 le procès des dix motards poursuivis en lien avec l’homicide de Jeff Nyssen. Un peloton de la police fédérale composé de 70 policiers a été détaché à Liège pour assurer la sérénité des débats et la sécurité du procès qui devrait durer deux semaines.

Jean-François Nyssen, dit « Jeff », un Tihangeois de 52 ans, avait été tué le 26 décembre 2015 devant un club de Haccourt. Le membre des Hells Angels était décédé après avoir été frappé de plusieurs coups de couteau à la gorge. Dix personnes, soupçonnées d’être impliquées à des degrés divers, ont été renvoyées devant le tribunal correctionnel en rapport avec cet homicide.

Deux bandes rivales

Le procès évoquera l’affrontement qui avait eu lieu entre membres de deux organisations de motards, les Hells Angels et les Outlaws. Ces deux bandes rivales pourraient vouloir assister au procès. Outre l’interdiction du port des couleurs ou de tout autre signe distinctif d’une appartenance à un club de motocyclistes ou l’autre, formulée par arrêté par le bourgmestre de Liège, des mesures de sécurité spéciales ont été mises en place autour du palais de justice.

Vendredi, en cours de matinée, la police a installé son dispositif d’accès au palais de justice. Un peloton de 70 policiers de la police fédérale a été spécialement affecté à la sécurité du procès. La police dispose d’une arroseuse et d’un chien policier pour contrôler d’éventuels débordements.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La grogne est perceptible dans les écoles primaires et maternelles de Wallonie et de Bruxelles.

    Le blues des directeurs des écoles maternelles et primaires

  2. «
La porte de Mme May est ouverte mais son esprit reste fermé
» a réagi un député travailliste à la chambre de Communes ce lundi.

    Brexit: Theresa May promet l’impossible

  3. ©IGOR PREYS

    Procès Nemmouche: un retour à l’effroi des premières heures qui ont suivi la tuerie

Chroniques
  • Gilets jaunes - médias: la haine face à la complaisance

    L’autre samedi, en tête du cortège de 7.000 gilets jaunes parisiens, une banderole : «  Le peuple veut la chute du régime !  »

    Respecter l’autre implique qu’on écoute et entende ce qu’il dit. Or, ce qui était dit là était explicite. Plus question de taxe carbone ou de CSG, mais la volonté affirmée d’abattre le pouvoir en place sans recourir, pour ce faire, à des élections.

    «  Macron démission !  » et, au-delà, «  renverser le régime !  ». Lequel ? La République ? La démocratie représentative ? La Ve République ?

    Dans tous les cas, on se retrouve là confronté à une intention « putschiste » avouée. Les leaders improvisés et autoproclamés du mouvement ne le dissimulent nullement, même si la plupart des gilets jaunes, ceux des ronds-points en particulier, n’entendent, eux, qu’exprimer un mal...

    Lire la suite

  • Les directions aussi attendent de la considération

    Un pilote… Vingt casquettes… La fonction de directeur est à l’école fondamentale ce que Rémy Bricka fut dans les années 70-80 à la variété française : un homme-orchestre, capable de jouer d’une demi-douzaine d’instruments en même temps. Et d’en maîtriser bien d’autres. La preuve par l’agenda d’une directrice lundi matin : signer un contrat avec une nouvelle enseignante, recevoir un couple de parents dépassés, répondre aux sollicitations de l’Afsca, gérer un dossier...

    Lire la suite