Rallye de Turquie: Neuville en tête pour 3 dixièmes!

Capture Twitter @HMSGOfficial
Capture Twitter @HMSGOfficial

Avec la confiance en lui qu’il dégage en permanence, Thierry Neuville dira sans doute le contraire. Rares sont pourtant ceux qui auraient parié sur le fait de voir le Belge achever en tête la première étape du rallye de Turquie. C’est pourtant bien le cas ! Certes, une courte tête de 3 dixièmes de seconde à peine. Mais en tête quand même, devant Sébastien Ogier, et après avoir notamment signé deux meilleurs temps sur six. À la fin de la journée, le leader du championnat s’en voulait quand même un peu…

Neuville : « J’ai dû mettre la marche arrière »

« J’ai raté un freinage dans le premier tiers de cette première spéciale, et j’ai dû mettre la marche arrière, ce qui a dû me faire perdre 6 ou 7 secondes  », disait Thierry Neuville. « Sans cela, j’aurais pu achever cette étape avec une plus belle avance. En début d’après-midi, Sébastien m’avait repris un joli paquet de secondes, mais j’ai pu profiter des deux suivantes pour le maintenir en respect de justesse. »

Le Saint-Vithois avait pu profiter d’une Hyundai i20 WRC visiblement taillée pour ce terrain très exigeant, comme en témoignaient encore les 2e et 5e places provisoires de ses équipiers Mikkelsen et Paddon. Mais il avait également pu bénéficier d’une toute première spéciale où son handicap d’ouvrir la route avait été compensé par le fait que tous les suivants avaient été gênés par une poussière très opaque.

Ogier : « Satanée poussière ! »

« Je dirais que cela aura été le principal écueil de cette journée que j’estime bonne dans son ensemble », constatait Sébastien Ogier, relégué à 3 dixièmes de seconde seulement de notre compatriote. Un retard bien moins conséquent que celui d’Ott Tanak (31 secondes), au volant d’une Toyota au comportement beaucoup trop erratique. « Si vous pouvez me dire ce qu’il faut faire pour avancer plus vite avec cette voiture, dites-le moi !  », s’exclamait l’Estonien, qui affichait un visage encore plus fermé que d’habitude à la fin de cette première journée baignée de soleil, mais qui avait été notamment fatale à Evans et Ostberg (bris de suspension).

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La grogne est perceptible dans les écoles primaires et maternelles de Wallonie et de Bruxelles.

    Le blues des directeurs des écoles maternelles et primaires

  2. «
La porte de Mme May est ouverte mais son esprit reste fermé
» a réagi un député travailliste à la chambre de Communes ce luni.

    Brexit: Theresa May promet l’impossible

  3. ©IGOR PREYS

    Procès Nemmouche: un retour à l’effroi des premières heures qui ont suivi la tuerie

Chroniques
  • Gilets jaunes - médias: la haine face à la complaisance

    L’autre samedi, en tête du cortège de 7.000 gilets jaunes parisiens, une banderole : «  Le peuple veut la chute du régime !  »

    Respecter l’autre implique qu’on écoute et entende ce qu’il dit. Or, ce qui était dit là était explicite. Plus question de taxe carbone ou de CSG, mais la volonté affirmée d’abattre le pouvoir en place sans recourir, pour ce faire, à des élections.

    «  Macron démission !  » et, au-delà, «  renverser le régime !  ». Lequel ? La République ? La démocratie représentative ? La Ve République ?

    Dans tous les cas, on se retrouve là confronté à une intention « putschiste » avouée. Les leaders improvisés et autoproclamés du mouvement ne le dissimulent nullement, même si la plupart des gilets jaunes, ceux des ronds-points en particulier, n’entendent, eux, qu’exprimer un mal...

    Lire la suite

  • Les directions aussi attendent de la considération

    Un pilote… Vingt casquettes… La fonction de directeur est à l’école fondamentale ce que Rémy Bricka fut dans les années 70-80 à la variété française : un homme-orchestre, capable de jouer d’une demi-douzaine d’instruments en même temps. Et d’en maîtriser bien d’autres. La preuve par l’agenda d’une directrice lundi matin : signer un contrat avec une nouvelle enseignante, recevoir un couple de parents dépassés, répondre aux sollicitations de l’Afsca, gérer un dossier...

    Lire la suite