Accueil Culture Arts plastiques

Niki de Saint Phalle à la conquête de Mons avec neuf œuvres monumentales

Une expo au BAM et dans la ville, coup d’envoi de la première biennale « Mons, capitale culturelle ». La sculpteuse franco-américaine rêvait de voir ses créations dans les rues, à la portée de tous. Trois parcs montois abritent ses totems et ses nanas jusqu’en janvier.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 4 min

On a mis longtemps à la prendre au sérieux. Parce qu’elle était jolie, frappadingue et qu’elle créait de drôles de bonnes femmes colorées, fofolles et plantureuses. On a étiquetté son œuvre « superficielle » ou « décorative » en occultant toute sa puissance sociale et militante. Des combats pour les droits de la femme, des combats contre le racisme, des combats de sensibilisation au sida : il y a ça et mille autres choses dans le travail de la plasticienne, peintre et sculpteuse – sculptrice, comme vous préférez, on s'en fout si ça sonne mal, c'est ce que c'est et puis c'est tout – franco-américaine Niki de Saint Phalle.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Arts plastiques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs