Accueil Belgique

L’avis du «Soir»: à Anvers, la roue peut toujours tourner

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 2 min

En 2012, Bart De Wever avait triomphalement marché sur Anvers annonçant que la victoire de la N-VA marquerait un « tournant dans l’histoire ». Dans son premier discours en tant que bourgmestre, il déclarait avoir pour ambition de mettre sur pied « u ne ville où il est bon de travailler, de se faire soigner, d’apprendre, de vivre, et où les gens peuvent se déplacer. »

Six ans plus tard, le résultat est mitigé. De Wever a réussi à renforcer l’attractivité de la plus grande commune du pays. Les promoteurs immobiliers s’y pressent (un peu trop au goût de certains) et les nouveaux quartiers modernes fleurissent. Il peut aussi se targuer d’être le bourgmestre qui a signé l’accord sur la finalisation du ring, source de tensions avec les associations de riverains depuis plus de vingt ans.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Belgique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs