Accueil Société Régions Bruxelles

Bruxelles oublie (un peu) la bagnole ce dimanche

La capitale coupe ses moteurs le temps d’une journée et en profite pour faire la fête. La Stib, elle, roulera gratos de 9 à 19 heures.

Article réservé aux abonnés
Journaliste service Bruxelles Temps de lecture: 3 min

Quelques heures durant, Bruxelles pourra bénéficier d’une trêve automobile, tout profit pour les oreilles et les poumons de ses habitants. L’occasion de jouir d’une journée que l’on annonce ensoleillée, à pied, à vélo ou en transports en commun, le réseau de la Stib étant accessible gratuitement tout au long de ce dimanche sans voiture. Ou presque car, on le sait, des dérogations peuvent être accordées à celles et ceux qui doivent impérativement circuler derrière un volant alors que les taxis et autres véhicules d’utilité publique auront également droit de cité sur le bitume. Sans pouvoir toutefois agiter l’aiguille du compteur au-dessus des 30 km/h.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par De Baenst Jacques, dimanche 16 septembre 2018, 23:26

    Si c'est pour le folklore ou pour la fête, pourquoi pas, si c'est pour lutter contre la pollution, alors c'est en semaine qu'il faut imposer un jour sans voitures. En effet les dimanches sont en général assez calmes, sans bouchons et beaucoup moins pollués puisqu'il n'y a pas de navetteurs. LA RTBF annonce au JT 30% de pollution en moins qu'un jour de semaine. Qu'on ne nous prenne pas pour des imbéciles car le chiffre intéressant est celui de la comparaison avec un dimanche normal. En circulant près de chez moi, j'ai vu beaucoup d'imprudences et d'infractions au code de la route par des inconscients. Curieux de connaître combien les services d'urgence auront dû accueillir de personnes en plus aujourd'hui. J'ai pour ma part dû renoncer à une réunion familiale en province car le trajet était trop compliqué et quelqu'un aurait dû venir nous chercher et nous reconduire à la gare.

  • Posté par Remi Baeyens, dimanche 16 septembre 2018, 11:38

    Pour nous les riverains de la zone où les voitures sont bannies c'est devenu invivable. Les voitures viennent se garer devant es entrées de garage. Nous ne pouvons pas sortir alors que nous devrions pouvoir circuler. La police fait ses tournées mais n'interviennent pas. L'année terni§re, j'ai du attendre 2 heures alors que je devais aller chercher mes petits enfants à l'aéroport.. Pour les riverains c'est une journée noire.

  • Posté par Roosemont Charles, dimanche 16 septembre 2018, 9:43

    Et tout cela coûte aussi des sous.Mais ce n'est pas le principal.On élimine les changements d'heure car le gain en énergie est très minime. Ok. Ici, on élimine le problème car il ne s'agit pas de gain en énergie.Mais bien des poumons et des oreilles.Super.Quand la journée sera terminée, je voudrais qu'on donne des chiffres simples mais corrects.1°/ combien de participants bruxellois et non bruxellois. Pas des % d'un quelconque sondage.Des chiffres purs et durs.2°/ le coût de la journée en terme d'organisation (police-STIB-communes) et bien sûr en terme d'événementiel.3°/ économie de CO2 en terme de K° ou Tonnes 4°/ frais imprévus tels accidents corporels ou non.5°/ de quoi faire une bonne analyse objective, sans les slogans .Ceci est il possible ? Je serai heureux de le voir et juger objectivement.PS: si c'est pour faire la fête,pas de souci, le piétonnier peut être réservé tous les dimanches.Une journée sans voiture n'est pas nécessaire comme alibi.

Aussi en Bruxelles

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs