Une centaine de Bruxellois ont parodié les retrouvailles de Lehman Brothers à la Bourse

© Belga
© Belga

En réaction à la soirée de retrouvailles d’anciens de la banque d’affaires américaine Lehman Brothers prévue samedi soir à Londres, une cinquantaine de membres du collectif bruxellois « Désorceler la Finance », d’artistes et de militants ont parodié cette rencontre en fin de journée devant la Bourse de Bruxelles. Au total, plus d’une centaine de personnes ont pris part à l’événement.

Cette mobilisation répond à l’appel citoyen « ByeBye TINA (There is no alternative) », qui incite à organiser des événements entre le 15 septembre et le 31 octobre pour parler des effets de la finance ces dix dernières années.

Deux grandes banderoles ont été accrochées sur le bâtiment bruxellois. Elles portaient les messages « Crisis made them even richer » et « Breaking the spell of finance ». Des participants habillés en costumes ont notamment endossé le rôle des banquiers et ont réalisé une danse de pingouins. Ils ont également fait mousser du champagne devant une pièce montée apportée par des serveuses dans un carré VIP.

« L’argent abîme le monde »

D’autres participants dans la foule arboraient des photos de personnes se faisant expulser de leurs maisons ou de lieux dévastés par la pollution ou la sécheresse. Des chansons ont été détournées, notamment « La place des grands hommes » de Patrick Bruel. Un des faux banquiers a pris la parole en expliquant que de nombreux de ses collègues de Lehman Brothers continuent à travailler dans le secteur financier, malgré leur part active dans les excès qui ont conduit à la crise de 2008.

« On voulait montrer que la finance ne s’arrête pas à la crise financière et que cet amas d’argent abîme notre monde », explique Aline Fares, militante spécialisée dans les sujets de la finance. « Depuis dix ans, les choses ont continué de la même manière parce qu’il n’y a pas eu de prise en main de ce sujet. On n’a pas osé y aller. Ça paraît loin et compliqué, mais si on ne s’en saisit pas, ça va être de pire en pire. De nombreuses associations organisent des rendez-vous autour de la crise financière ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La menace est bien moins grave que d’autres maladies ou d’autres risques. La grippe saisonnière contamine bien plus de Belges que le coronavirus.

    Coronavirus: la Belgique évalue et se tient prête

  2. Entre 2.000 et 3.000 bovins sont vendus chaque semaine à Ciney.

    Le plus grand marché aux bestiaux du pays menacé de fermeture

  3. ballen 1

    Art: à la Centrale électrique, dans la tête de Roger Ballen

La chronique
  • La chronique de Véronique Lamquin: à Bruxelles, le Canal n’est pas une frontière

    Sur la carte, c’est un liseré bleu pâle, strié d’une vingtaine de traits plus ou moins gros. C’est qu’il y a des ponts qui charrient des bandes de circulation en mode entonnoir déversoir, comme Van Praet, d’autres qui ne supportent que des voies, de métro ou de train. Vingt traits d’union entre les deux rives, c’est peu, sur quatorze kilomètres… Sur la carte mentale de beaucoup de Bruxellois(es) c’est une frontière que l’on franchit par contrainte plus que par choix. Du moins dans un sens. Le passage vers l’ouest ne va pas de soi, dicté par un travail, un dîner, un concert, et non par réflexe. A l’inverse, la traversée vers l’est s’impose parce que le centre, c’est magnétique et que le sud, ça fait envie. Dans les discours, c’est une faille, avec tous les sens qui s’expriment. Une discontinuité qui s’est installée entre deux morceaux d’une même surface ; le point faible du propos urbain ; la cassure entre deux villes qui ne sont qu’une, Bruxelles.

    Cette ligne qui coupe la Région en deux, c’est le Canal – 60.000 personnes et 6,2 millions de tonnes de marchandises par an....

    Lire la suite

  • Coronavirus: un exercice de haute voltige

    L’épidémie de coronavirus est aussi une épidémie de questions qui restent sans réponse. D’où vient exactement la maladie ? Les autorités chinoises ont-elles tardé à la combattre ? Qui est le patient zéro à l’origine de son extension à l’Italie ? Et, surtout, sommes-nous vraiment prêts à affronter ce virus ?

    Deux mots caractérisent cette problématique : précaution et psychose.

    Devant l’urgence, le principe de précaution s’est imposé. Il...

    Lire la suite