Accueil Belgique Politique

L’hymne des Wallons, c’est mieux sans musique, au fond

Léger couac en clôture des Fêtes de Wallonie, où la bande-son de l’hymne final n’est jamais parti. Heureusement, les petits chanteurs wallons ont des ressources !

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 3 min

Peut-on être « fier d’être Wallon », comme le dit la chanson, après avoir assisté à la cérémonie officielle des Fêtes de Wallonie à Namur ? L’hymne officiel qui clôture la séance académique a donné lieu à une scène cocasse qui illustre parfaitement plusieurs vers de Théophile Bovy (1863-1937), l’auteur inspiré de cette poésie vantant les qualités des habitants du sud du pays. A commencer par celui-ci : « Dans le malheur, on aime s’entraider. »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Surny Martin, lundi 17 septembre 2018, 14:57

    Y a t-il quelque part un échantillon de ce que nous avons loupé ?

  • Posté par Bricourt Noela, lundi 17 septembre 2018, 9:20

    Bienvenue à Monsieur Xavier Bertrand. Par contre je continue à remarquer qu'il y a bien peu de femmes au sommet des hiérarchies alors que tout le monde est conscient qu'il y a peu de pointures importantes au sud du pays. Dans ma commune toutes les têtes de liste aux élections d'octobre sont des messieurs. Tout cela n'est pas démocratique. Alors si la musique n'a pas démarré, c'est amusant, sans plus. Quand Monsieur Dewever est devenu bourgmestre d'Anvers, la sono a connu aussi un problème. Pas de quoi en faire un fromage. Mais personne ne relève que les femmes sont presque absentes là ou se prennent les décisions. Et quand elles y arrivent, le moindre faux pas inévitable quand on débute et que vous devez gérer les dossiers les plus difficiles est moqué et elles souvent doivent fuir. Elles n'étaient que des alibis qui sont reléguées au rang de figurantes.

Aussi en Politique

L’humour en politique? «Une arme très dangereuse!»

Un « trait d’humour » du président du PS dans un magazine flamand sur les clichés qui collent à la peau des Wallons a provoqué un tollé. Mauvais timing ou preuve qu’il reste une certaine spontanéité dans un univers politique à la com’ cadenassée ? Des communicants répondent.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs