Peste porcine: «On est partis pour 24 mois d’intense surveillance»

A ce jour, seuls deux sangliers morts étaient porteurs du virus. Mais cinq autres cas suspects ont été relevés ce week-end.
A ce jour, seuls deux sangliers morts étaient porteurs du virus. Mais cinq autres cas suspects ont été relevés ce week-end. - Dessart.

La riposte s’organise pour contrer le développement du virus de la peste porcine africaine. Une réunion s’est tenue dimanche, à Etalle, à 15km à l’ouest d’Arlon. Des bourgmestres de communes situées dans la zone de confinement, des représentants de la Région wallonne ou encore des chasseurs sont venus écouter les conseils d’un expert vétérinaire européen. Ce dernier a expliqué comment nos voisins ont bien (ou mal) géré de telles épidémies dans le passé.

« A priori, la chasse est à oublier pour cette année », analyse Benoît Piedbœuf, député MR et bourgmestre de Tintigny, à la sortie de cette réunion. Une interdiction de nourrissage et de chasse devait être proposée par le gouvernement wallon jusqu’au 15 octobre. Ce ne serait donc qu’un début… « Voici comment il nous est conseillé d’agir : on annule la saison de la chasse cette année ; On relève le maximum de carcasses de sangliers touchés par le virus, afin d’évaluer avec précision la zone concernée ; Et, l’année prochaine, nous pourrions reprendre la chasse, avec l’objectif de tuer le plus de bêtes possible. Jusqu’à ce que nous constations que le virus a disparu. On est partis pour 24 mois d’intense surveillance », souligne le bourgmestre.

L’expert vétérinaire rencontrera ce lundi (11h30) le ministre fédéral de l’Agriculture, Denis Ducarme, en présence du commissaire européen compétent. Le ministre a annoncé qu’une conférence interministérielle aura lieu cette semaine afin « d’accentuer l’échange d’informations et de renforcer la collaboration entre les différentes entités ».

Deux possibles cas découverts dimanche

Dans le même temps, le nombre de sangliers – vivants ou morts – qui devaient être analysés pour y détecter l’éventuelle présence du virus s’est multiplié durant le week-end.

Des échantillons de trois animaux potentiellement porteurs de la peste porcine africaine étaient en cours d’analyse samedi, selon Denis Ducarme (MR). Dimanche, une nouvelle carcasse et un sanglier « moribond » ont été « signalés du côté d’Orval », nous indique le bourgmestre de Tintigny.

Si ces nouveaux cas sont tous confirmés, ils porteraient à sept le nombre de sangliers infectés. Les résultats sont attendus dans le courant de la semaine. Deux cas de peste porcine africaine avaient été détectés en Wallonie jeudi dernier, sur le territoire de la commune d’Etalle, chez des sangliers retrouvés morts.

Rappelons que le virus n’est pas transmissible à l’homme. Le danger concerne surtout la souffrance animale et… les éventuelles pertes économiques pour le secteur porcin. C’est dans ce contexte tendu qu’a eu lieu, dimanche, la 36ème « Journée de l’agriculture » en Flandre. Toutes les activités prévues dans des fermes porcines ont été annulées. Les éleveurs sont nombreux au nord du pays.

« Bien que le risque de contamination par le biais de visites publiques soit minime, nous prenons la situation très au sérieux. Nous ne souhaitons prendre aucun risque pour nos entreprises », indique la présidente du syndicat des agriculteurs flamands Boerenbond, Sonja De Becker. Celle-ci insiste auprès de la ministre flamande de l’Agriculture, Joke Schauvliege (CD&V), pour qu’elle fasse tout son possible afin que la maladie ne touche pas les exploitations. « Car même si la maladie n’a pas été détectée dans nos fermes, nos exportations risquent de s’arrêter. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. C’est Stéphane Moreau qui a obtenu le bonus et les indemnités de rétention les plus importants.

    Nethys: les managers devaient réduire leur salaire… ils ont touché 18 millions

  2. Pour Maxime Prévot, « il est J – 1 pour la Belgique ». Donc le CDH veut se mouiller, « pour un Etat juste et efficace ».

    Maxime Prévot au «Soir»: «Le CDH veut être un acteur de la solution et pas de la dissolution de ce pays»

  3. En matière d’emploi, Bernard Clerfayt (Défi) entend privilégier les mesures dont le rapport coût-efficacité est le meilleur.

    Bernard Clerfayt: «Actiris doit faire mieux»

La chronique
  • Voilà ce qui me rend triste, M. Jambon

    Mon premier souvenir ? Isabella’s room, définitivement. Un choc, une plongée en « flamanditude » dont je ne me suis jamais remise. Comme si chaque autre spectacle ou livre, ensuite, servait le besoin d’en reprendre, de me « refaire une ligne » de cette culture et de cette langue âpre qui soudain m’avait transpercée, comme trouvée. Des objets partout sur la scène, des langues mélangées, c’était baroque, c’était émouvant, c’était déjanté. Et puis il y avait Viviane De Muynck, d’une élégance folle sur ses hauts talons improbables, les seins généreux offerts au public et avec sa voix de basse pour achever le travail. C’était au Kaaitheater, et ce sera 15 ans plus tard, au Théâtre National : j’ai adoré alors l’idée que cette pièce culte pour les Flamands le devienne aussi pour les francophones.

    Le deuxième souvenir ? Toernee Generale assurément. Le journaliste culturel du Soir de l’époque, Laurent Ancion, nous avait amené deux directeurs de théâtre à Bruxelles qui faisaient, nous avait-il dit, « un truc formidable »...

    Lire la suite

  • Nethys: l’argent du mensonge et de la honte

    11,6 millions d’euros. On répète : 11,6 millions d’euros. Voilà donc le pactole de Stéphane Moreau. L’argent du mensonge et de la honte.

    Le mensonge ? Pas une fois, pas deux fois, mais un nombre incalculable de fois, le manager de Nethys, ses adjoints, des administrateurs du groupe, de son actionnaire Enodia et des hommes politiques se sont portés en faux contre les rumeurs qui disaient que les managers de Nethys avaient accepté in fine la baisse de leur salaire imposée par la...

    Lire la suite