Le nombre de tués sur les routes est en baisse

© Belga
© Belga

Le nombre de tués dans la circulation a baissé de 14 % au cours des six premiers mois de 2018 par rapport à la même période l’an dernier, selon les derniers chiffres du baromètre de la sécurité routière de l’Institut Vias, publiés lundi. « Jamais auparavant, nous n’avions enregistré aussi peu de victimes », se réjouit ce dernier.

Au premier semestre, Vias a recensé 191 morts sur les routes belges contre 221 à la même période en 2017, soit une baisse de 14 %.

Le nombre de blessés a reculé légèrement (de 23.865 à 23.458 soit -1,7 %), tout comme celui d’accidents avec tués ou blessés (de 18.754 à 18.646, soit -0,6 %).

Moins de morts en Wallonie

Le nombre de tués sur les routes a fléchi de 18 % durant cette période en Wallonie et de 11 % en Flandre. Au total, on a comptabilisé 89 tués sur place au sud du pays et 95 au nord. À Bruxelles, sept personnes ont perdu la vie sur les routes contre six en 2017. Le nombre de tués durant les journées de week-end a en revanche progressé (+4) tandis que pendant les nuits de week-end, le nombre de tués a chuté considérablement (-13).

Concernant les accidents corporels, la situation n’a pas évolué en Flandre : +0,3 % (de 11.470 à 11.502 accidents). Dans les deux autres Régions, le nombre d’accidents corporels a régressé de 2 % (de 5.359 à 5.254 en Wallonie ; de 1.925 à 1.890 dans la capitale).

Au sud du pays, le nombre de tués a fortement diminué dans les provinces de Hainaut (-9), de Luxembourg (-8) et de Liège (-6). Ces trois provinces atteignent un niveau historiquement bas. Pour ce qui est du nombre d’accidents, la situation est pour le moins paradoxale : il est en hausse dans toutes les provinces sauf à Liège (-12 %) où il atteint un niveau plancher, souligne Vias.

« Je suis évidemment heureux que le nombre de victimes de la route n’ait jamais été aussi bas. Cette diminution nous permet à nouveau de nous rapprocher de l’objectif de maximum 420 tués sur les routes à l’horizon 2020. Espérons que les mesures plus sévères prises à l’encontre des récidivistes portent leurs fruits d’ici peu pour continuer de faire baisser les chiffres », commente le ministre de la Mobilité François Bellot.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le patrimoine financier des Belges se montait au 31 décembre à 1.317,4 milliards d’euros, soit 22,4 milliards de moins qu’un an auparavant.

    Le patrimoine financier des Belges diminue pour la première fois en 10 ans

  2. BXL

    Le bulletin des ministres bruxellois: discrète satis’ pour le gouvernement Vervoort

  3. Wallonie

    Le bulletin des ministres wallons: deux exécutifs pour deux demi-bilans

Chroniques
  • Brexit: l’heure est à la glorification du passé britannique

    Par Marc Roche

    On allume la radio ou la télé ou on ouvre son journal. Et les petits matins d’un printemps ensoleillé deviennent blêmes. Après la trêve pascale, le grand-guignolesque feuilleton du Brexit a repris.

    Depuis la décision du Conseil européen, la Première ministre Theresa May y compris, d’étendre la date butoir du divorce au 31 octobre, une sorte de « drôle de guerre » prévaut au Royaume-Uni. A part quelques escarmouches par médias interposés, il ne se passe rien.

    En effet, la cheffe du gouvernement peut garder son poste jusqu’en décembre si elle le souhaite. Les négociations entre le gouvernement et l’opposition travailliste sont dans l’impasse. De nouveaux votes indicatifs doivent avoir lieu au Parlement, plus divisé que jamais. Les partis se préparent aux vraies-fausses élections...

    Lire la suite

  • Bulletin des ministres: la Belgique de fiston fait mieux que celle de papa

    Soixante-deux journalistes du « Soir », du « Standaard » et de « Bruzz » à Bruxelles se sont prêtés à l’exercice délicat d’attribuer une cote à tous les ministres francophones et flamands de ce pays. Nous publions ce mercredi les derniers bulletins. Un exercice qui contient certainement sa part de subjectivité mais qui livre d’intéressants enseignements. On constatera d’abord qu’en appliquant la même méthode d’évaluation, le gouvernement fédéral obtient une moyenne de 54 %, alors que Bruxelles atteint 59...

    Lire la suite