Le nombre de tués sur les routes est en baisse

© Belga
© Belga

Le nombre de tués dans la circulation a baissé de 14 % au cours des six premiers mois de 2018 par rapport à la même période l’an dernier, selon les derniers chiffres du baromètre de la sécurité routière de l’Institut Vias, publiés lundi. « Jamais auparavant, nous n’avions enregistré aussi peu de victimes », se réjouit ce dernier.

Au premier semestre, Vias a recensé 191 morts sur les routes belges contre 221 à la même période en 2017, soit une baisse de 14 %.

Le nombre de blessés a reculé légèrement (de 23.865 à 23.458 soit -1,7 %), tout comme celui d’accidents avec tués ou blessés (de 18.754 à 18.646, soit -0,6 %).

Moins de morts en Wallonie

Le nombre de tués sur les routes a fléchi de 18 % durant cette période en Wallonie et de 11 % en Flandre. Au total, on a comptabilisé 89 tués sur place au sud du pays et 95 au nord. À Bruxelles, sept personnes ont perdu la vie sur les routes contre six en 2017. Le nombre de tués durant les journées de week-end a en revanche progressé (+4) tandis que pendant les nuits de week-end, le nombre de tués a chuté considérablement (-13).

Concernant les accidents corporels, la situation n’a pas évolué en Flandre : +0,3 % (de 11.470 à 11.502 accidents). Dans les deux autres Régions, le nombre d’accidents corporels a régressé de 2 % (de 5.359 à 5.254 en Wallonie ; de 1.925 à 1.890 dans la capitale).

Au sud du pays, le nombre de tués a fortement diminué dans les provinces de Hainaut (-9), de Luxembourg (-8) et de Liège (-6). Ces trois provinces atteignent un niveau historiquement bas. Pour ce qui est du nombre d’accidents, la situation est pour le moins paradoxale : il est en hausse dans toutes les provinces sauf à Liège (-12 %) où il atteint un niveau plancher, souligne Vias.

« Je suis évidemment heureux que le nombre de victimes de la route n’ait jamais été aussi bas. Cette diminution nous permet à nouveau de nous rapprocher de l’objectif de maximum 420 tués sur les routes à l’horizon 2020. Espérons que les mesures plus sévères prises à l’encontre des récidivistes portent leurs fruits d’ici peu pour continuer de faire baisser les chiffres », commente le ministre de la Mobilité François Bellot.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Lionel Messi veilli par l’application FaceApp.

    Ce que FaceApp vous dit (tout bas) sur l’utilisation qu’elle fait de vos photos

  2. Louis Michel et Laurette Onkelinx.

    «Chez Laurette et Louis», le casting politique de LN24

  3. l’état d’urgence «
sécheresse
» n’est pas déclaré, mais une réunion de crise est prévue le 25 juillet prochain.

    Agriculture: comme un avant-goût de sécheresse

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: un ostracisme façon {beulemans}

    Un bruxellois mythique

    Zinnekes de tous poils, kiekefretters de toutes plumes, ne m’en veuillez pas de dire tout droit dehors ce que je pense : le parler bruxellois n’est pas une langue. Je veux dire : il n’est pas une langue reposant sur un système linguistique partagé par une communauté de locuteurs, comme le français ou le wallon. Il fait partie de ces codes mixtes, tels le camfranglais ou le francolof en Afrique, qui varient sensiblement d’un locuteur à l’autre.

    Mais qu’est-ce qu’il raconte, ce zievereir ? Pas une langue, mon bruxellois ? Qu’est-ce que moi je te cause alors ? Qu’est-ce que tu fais avec les Fables de Pitje Schramouille ? Les Flauwskes de Jef Kazak ? La Famille Kaekebroek ? Les marionnettes de Toone ? Et Le mariage de Mlle Beulemans, ça n’est pas du spek pour ton bec, peut...

    Lire la suite

  • Bruxelles: un accord rouge, vert, raisonnablement ambitieux

    Un accord de gouvernement, c’est un acte par lequel des élus s’engagent envers les citoyens, pour cinq ans. Au moment de sa rédaction, il peut être jugé à l’aune de son ambition et de ses priorités. A cet égard, le texte conclu par les six partis de la majorité bruxelloise affiche clairement les couleurs. Rouge et verte.

    La ville se fracture, entre pauvres et riches, que relient de moins en moins ces classes moyennes tentées par l’exode urbain. Les indicateurs se dégradent : le nombre d’enfants...

    Lire la suite