Le nombre de tués sur les routes est en baisse

© Belga
© Belga

Le nombre de tués dans la circulation a baissé de 14 % au cours des six premiers mois de 2018 par rapport à la même période l’an dernier, selon les derniers chiffres du baromètre de la sécurité routière de l’Institut Vias, publiés lundi. « Jamais auparavant, nous n’avions enregistré aussi peu de victimes », se réjouit ce dernier.

Au premier semestre, Vias a recensé 191 morts sur les routes belges contre 221 à la même période en 2017, soit une baisse de 14 %.

Le nombre de blessés a reculé légèrement (de 23.865 à 23.458 soit -1,7 %), tout comme celui d’accidents avec tués ou blessés (de 18.754 à 18.646, soit -0,6 %).

Moins de morts en Wallonie

Le nombre de tués sur les routes a fléchi de 18 % durant cette période en Wallonie et de 11 % en Flandre. Au total, on a comptabilisé 89 tués sur place au sud du pays et 95 au nord. À Bruxelles, sept personnes ont perdu la vie sur les routes contre six en 2017. Le nombre de tués durant les journées de week-end a en revanche progressé (+4) tandis que pendant les nuits de week-end, le nombre de tués a chuté considérablement (-13).

Concernant les accidents corporels, la situation n’a pas évolué en Flandre : +0,3 % (de 11.470 à 11.502 accidents). Dans les deux autres Régions, le nombre d’accidents corporels a régressé de 2 % (de 5.359 à 5.254 en Wallonie ; de 1.925 à 1.890 dans la capitale).

Au sud du pays, le nombre de tués a fortement diminué dans les provinces de Hainaut (-9), de Luxembourg (-8) et de Liège (-6). Ces trois provinces atteignent un niveau historiquement bas. Pour ce qui est du nombre d’accidents, la situation est pour le moins paradoxale : il est en hausse dans toutes les provinces sauf à Liège (-12 %) où il atteint un niveau plancher, souligne Vias.

« Je suis évidemment heureux que le nombre de victimes de la route n’ait jamais été aussi bas. Cette diminution nous permet à nouveau de nous rapprocher de l’objectif de maximum 420 tués sur les routes à l’horizon 2020. Espérons que les mesures plus sévères prises à l’encontre des récidivistes portent leurs fruits d’ici peu pour continuer de faire baisser les chiffres », commente le ministre de la Mobilité François Bellot.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 


 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. RTS25VUZ

    Frédéric Martel, auteur du livre «Sodoma»: «L’Eglise est un refuge pour un homosexuel»

  2. Philippe Malherbe, journaliste vedette de RTL-TVI, se présente pour le CDH à Bruxelles. Le dernier d’une longue liste de peoples qui ont succombés à l’appel des partis.

    Pourquoi les partis politiques recrutent des «people»

  3. FRANCE-POLITICS_BENALLA

    Benalla: le rapport accablant du Sénat sur les errements de l’Elysée

Chroniques
  • «Février sans supermarché», jour 20: des pâtes bolo sans viande pour lutter contre le réchauffement climatique

    Par Louise Tessier

    Depuis que j’ai commencé ce défi il y a 20 jours, ma consommation de viande a drastiquement baissé. Ce n’est pas vraiment une histoire de convictions, mais surtout de flemme : le boucher se situe bien plus loin que les rayons du Delhaize en face de chez moi. Du coup, j’ai appris à aimer les pâtes bolo sans viande hachée… Mais finalement, ce n’est pas plus mal lorsque l’on connaît les conséquences de l’élevage industriel sur l’environnement. L’élevage bovin en particulier : les bêtes rejettent du méthane, leur alimentation émet du CO2. Selon un rapport de Greenpeace paru en 2018, l’élevage est responsable de 14,5 % des émissions de gaz à effet de serre dans le monde. C’est autant que le secteur du transport. Rien que ça.

    Alors fini les brochettes au barbecue et les fondues bourguignonnes ? Pas forcément. Si déjà chaque personne respectait les niveaux de consommation de viande recommandés par l’OMS, soit 400 grammes par semaine, les émissions liées au...

    Lire la suite

  • Une économie de rente au bénéfice d’une minorité

    Les (très) grandes entreprises sont particulièrement généreuses avec leurs actionnaires. Depuis dix ans – depuis la Grande récession – les dividendes augmentent année après année (ou presque). L’an dernier, au plan mondial, ils ont atteint le niveau record de 1.370 milliards de dollars, soit près du double du montant distribué en 2009.

    De ce montant, Amérique du nord et Europe se taillent la part du lion, avec près de 70 % du total mondial. Et pourtant, les performances économiques, elles, ne...

    Lire la suite