Accueil Société

Aux abords du parc Maximilien, la tension est tangible

Lundi matin, une patrouille de police s’est présentée au parc Maximilien pour demander aux migrants qui y passent la nuit de quitter les lieux. Un homme – un Belge d’origine égyptienne – s’est énervé et a blessé un policier à l’aide d’un couteau. La police a riposté.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 4 min

Au milieu du parc Maximilien à Bruxelles, entre la gare du Nord et Tour &Taxis, sur le coup de 10 heures ce lundi, une dizaine de jeunes hommes jouent au football sur le terrain synthétique. A quelques mètres de là, une dizaine d’Erythréens discutent. Dans le calme. Tandis qu’une famille, en provenance du centre de la porte d’Ulysse, déballe son baluchon sous l’œil de la mère de famille occupée à donner le sein à son bébé. Une journée comme les autres dans ce parc devenu depuis de longs mois le symbole bruxellois de la crise migratoire.

Aux abords du parc pourtant, les signes tangibles d’une certaine tension sont encore visibles. Plusieurs véhicules de police sont stationnés tandis que des agents montent la garde aux différentes entrées du site. Sur le trottoir de la chaussée d’Anvers, des paravents floqués du logo de la police obstruent la vue et témoignent de la scène violente qui s’est déroulée une heure plus tôt.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs