Le Caravage est mort à cause d’un staphylocoque doré

© Michelangelo Merisi da Caravaggio « Le souper à Emmaüs ». © The National Gallery, London.
© Michelangelo Merisi da Caravaggio « Le souper à Emmaüs ». © The National Gallery, London.

Le célèbre peintre baroque Le Caravage, mort en 1610, a succombé à une infection par un staphylocoque doré, ont révélé mardi les chercheurs de l’Institut hospitalo-universitaire (IHU) Méditerranée Infection de Marseille, quatre siècles plus tard.

Michelangelo Merisi da Caravaggio avait fui Rome après avoir commis un meurtre lors d’une bagarre de rue. Il était mort quatre ans plus tard en Toscane, dans des conditions inexpliquées.

« Grâce à une coopération avec des anthropologues italiens et avec le microbiologiste Giuseppe Cornaglia, les équipes de l’IHU Méditerranée Infection ont obtenu plusieurs dents prélevées sur le squelette du Caravage », raconte l’institut dans un communiqué.

Les chercheurs ont extrait la pulpe de ses dents, riche en vaisseaux sanguins. En combinant trois méthodes de détection de l’ADN, « le tueur a été identifié : un staphylocoque doré », poursuit le communiqué.

L’Institut hospitalo-universitaire Méditerranée infection, dirigé par le professeur Didier Raoult, est un centre de recherche, de soin, de formation et de valorisation spécialisé dans la lutte contre les maladies infectieuses.

Ce résultat sera publié à l’automne dans un article scientifique du magazine Lancet infectious diseases, selon l’IHU.

 
 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Distribution de vivres pour les migrants centraméricains arrivés à Tijuana
: l’offre de nourriture n’est pas suffisante pour rassasier tout le monde.

    A Tijuana, «le plus dur est encore à venir» pour la caravane de migrants centraméricains

  2. Nul doute que les services de VOD vont poursuivre leur expansion.

    La jeune génération, la clé de la mutation historique de la télévision

  3. 2397570

Chroniques
  • Lettre du Brexit: l’honorable best-seller d’un psychodrame national

    Par Marc Roche

    Trop c’est trop. Ce n’est plus du ras-le-bol, c’est un véritable haut-le-cœur national. Encore du Brexit et toujours du Brexit ! Il n’est pas une minute où l’on n’entend, où l’on ne lit, où ne s’expriment les mille et une raisons que nous avons de soutenir ou pas l’accord scellé avec l’Union européenne. Les difficultés de Theresa May d’obtenir d’ici Noël une majorité à la Chambre des Communes pour ratifier le texte sont bombardées en boucle sur les petits écrans à grands jets de chromos.

    Je m’esquive à l’anglaise de la « bulle » londonienne pour me ressourcer un week-end chez des amis dans le havre de paix du Hampshire grâce au calme propice à la lecture. Puisqu’on n’y peut rien, autant se plonger dans le dernier roman de Jonathan Coe intitulé Middle England.

    L’ouvrage a pour cadre la campagne anglaise en proie aux déchirements du...

    Lire la suite

  • Le «footbelgate», labo judiciaire

    L’affaire du Footbelgate sera aussi un laboratoire judiciaire. L’accès au statut de repenti de l’agent de joueurs Dejan Veljkovic, avec lequel le parquet fédéral a signé un mémorandum prévoyant une peine de 5 ans de prison avec sursis et 80.000 euros d’amende en échange d’informations « substantielles, révélatrices et complètes », jusqu’alors inconnues de la justice, est une première en Belgique depuis l’adoption de la loi sur les repentis publiée au Moniteur belge le 7 août dernier....

    Lire la suite