Accompagnatrice de train agressée, la SNCB prend l’affaire très au sérieux

Accompagnatrice de train agressée, la SNCB prend l’affaire très au sérieux

Une jeune accompagnatrice de la SNCB aurait été victime d’une agression physique dimanche soir dans un train près de la gare de Huy, selon nos confrères de RTL. La SNCB confirme qu’une enquête interne est ouverte, sans confirmer pour autant la nature de l’agression.

Selon RTL, l’accompagnatrice de train aurait subi plusieurs attouchements de la part d’un passager en état d’ivresse dimanche soir vers 22h00. Elle aurait réussi à le pousser hors du train aux environs de Huy, en province de Liège.

Si la SNCB ne confirme pas l’information, elle confirme par contre qu’une enquête est bien ouverte concernant un cas d’agression sur une accompagnatrice de train. « Une enquête interne est ouverte, comme sur chaque cas d’agression. C’est quelque chose que nous prenons très au sérieux. Maintenant il s’agit d’un cas personnel et nous avons une politique très stricte à ce niveau », indique Elisa Roux, porte-parole de la SNCB.

Suite au taux d’agressions relativement élevé, la SNCB a mis en place un master plan anti-agression après 2011.

Recrudescence en 2017

Collaborations avec la police, formations du personnel, actions préventives, etc. sont autant de choses mises en place dans ce master plan. « Afin d’éviter les cas de violence, les agents de sécurité Securail et la police effectuent des patrouilles préventives supplémentaires. Nous renforçons nos patrouilles Securail au cas par cas, là où elles sont le plus nécessaires, sur base d’analyses. En parallèle de ces actions préventives, la SNCB continue à former son personnel afin qu’il puisse identifier et éviter les situations de conflit potentielles. »

Un plan d’actions qui a porté ses fruits, puisque la SNCB a constaté une forte baisse des agressions depuis 2011. Toutefois, une recrudescence s’est à nouveau fait ressentir en 2017 avec un taux d’agressions supérieur de 11 % par rapport à l’année précédente.

« Nous comptions 1.547 cas d’agression en 2011, 1.363 en 2012, 1.276 en 2013, 1.271 en 2014, 1.252 en 2015, et en 2016, 1.051. Le nombre d’agressions envers le personnel de la SNCB a augmenté de 11 % en 2017 par rapport à 2016, avec un total de 1.165 cas. Chaque agression est évidemment une agression de trop et la sécurité de nos agents est une préoccupation primordiale pour nous. La SNCB fait tout ce qui est en son pouvoir pour éviter ces cas de violences », conclut la porte-parole de la SNCB.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Bruxelles-les-Bains a vécu. La faute aux travaux programmés. Et à une volonté de décentralisation.

    Bruxelles-les-Bains, c’est fini: place à Hello Summer

  2. @News

    Antwerp - Standard: Laszlo Bölöni, entre crainte et respect

  3. L’ail des ours fait partie des plantes sauvages dont la consommation est encouragée par l’ASBL Cuisine sauvage.

    Plantes sauvages: un garde-manger gratuit et accessible

Chroniques
  • Vie privée et numérique: grimacez! Vous êtes filmé

    Début avril, le New York Times a lancé une série spéciale, intitulée le Privacy Project, qui sonne le tocsin contre tous ceux qui nous espionnent, nous filment, nous fichent, nous taggent, nous ciblent. « Les pays occidentaux sont en train de construire un Etat de surveillance aussi totalitaire que celui actuellement mis en œuvre par le gouvernement chinois », s’inquiétait le chroniqueur Farhad Manjoo.

    Exagération ? On a peine à s’imaginer que le système de surveillance chinois, en particulier son recours massif à la reconnaissance faciale pour traquer les citoyens déviants, puisse être adopté par des démocraties libérales. Et pourtant. « Nous avons abandonné trop de contrôle sur notre vie numérique, écrivait sa collègue Kara Swisher. Nous ne pouvons plus le tolérer ».

    Elle n’est pas seule...

    Lire la suite

  • Macron: le prix à payer pour une politique «plus humaine»

    L’intervention d’Emmanuel Macron ce jeudi soir était censée ranimer son quinquennat. Un mandat toujours englué, après deux ans de pouvoir, dans une crise sociale sans fin et une impopularité record. Pas sûr que le but ait été atteint.

    Certes, le moment était grave. Il a su trouver le ton juste pour regretter ses erreurs et retracer un...

    Lire la suite