Accompagnatrice de train agressée, la SNCB prend l’affaire très au sérieux

Accompagnatrice de train agressée, la SNCB prend l’affaire très au sérieux

Une jeune accompagnatrice de la SNCB aurait été victime d’une agression physique dimanche soir dans un train près de la gare de Huy, selon nos confrères de RTL. La SNCB confirme qu’une enquête interne est ouverte, sans confirmer pour autant la nature de l’agression.

Selon RTL, l’accompagnatrice de train aurait subi plusieurs attouchements de la part d’un passager en état d’ivresse dimanche soir vers 22h00. Elle aurait réussi à le pousser hors du train aux environs de Huy, en province de Liège.

Si la SNCB ne confirme pas l’information, elle confirme par contre qu’une enquête est bien ouverte concernant un cas d’agression sur une accompagnatrice de train. « Une enquête interne est ouverte, comme sur chaque cas d’agression. C’est quelque chose que nous prenons très au sérieux. Maintenant il s’agit d’un cas personnel et nous avons une politique très stricte à ce niveau », indique Elisa Roux, porte-parole de la SNCB.

Suite au taux d’agressions relativement élevé, la SNCB a mis en place un master plan anti-agression après 2011.

Recrudescence en 2017

Collaborations avec la police, formations du personnel, actions préventives, etc. sont autant de choses mises en place dans ce master plan. « Afin d’éviter les cas de violence, les agents de sécurité Securail et la police effectuent des patrouilles préventives supplémentaires. Nous renforçons nos patrouilles Securail au cas par cas, là où elles sont le plus nécessaires, sur base d’analyses. En parallèle de ces actions préventives, la SNCB continue à former son personnel afin qu’il puisse identifier et éviter les situations de conflit potentielles. »

Un plan d’actions qui a porté ses fruits, puisque la SNCB a constaté une forte baisse des agressions depuis 2011. Toutefois, une recrudescence s’est à nouveau fait ressentir en 2017 avec un taux d’agressions supérieur de 11 % par rapport à l’année précédente.

« Nous comptions 1.547 cas d’agression en 2011, 1.363 en 2012, 1.276 en 2013, 1.271 en 2014, 1.252 en 2015, et en 2016, 1.051. Le nombre d’agressions envers le personnel de la SNCB a augmenté de 11 % en 2017 par rapport à 2016, avec un total de 1.165 cas. Chaque agression est évidemment une agression de trop et la sécurité de nos agents est une préoccupation primordiale pour nous. La SNCB fait tout ce qui est en son pouvoir pour éviter ces cas de violences », conclut la porte-parole de la SNCB.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Emmanuel Macron apparaît comme le meilleur interlocuteur de Vladimir Poutine sur la scène européenne, face à une Angela Merkel déclinante où des leaders eurosceptiques ayant moins d’influence.

    Diplomatie: au fort de Brégançon, Macron tend la main à Poutine pour préparer le G7

  2. Arnaud Jacquemin, administrateur délégue d’Univers Drink
: «
Il y a dix ans, quand nous avons lancé nos produits, le sans alcool passait inaperçu. Aujourd’hui, c’est un vrai phénomène.
»

    Bières et vins sans alcool: une croissance à faire tourner la tête

  3. Souvent, dans les points relais, une pièce est dédiée aux colis.

    Les points relais, stressants, énergivores et peu rentables

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: le {Culot} d’Arthur Masson

    Le précédent billet de cette chronique vous a rappelé que le wallon reçoit, dans la bande dessinée, un traitement parallèle à celui dont a bénéficié le Brussels Vloms dans quelques albums d’Hergé. Ce même wallon peut-il parfois se retrouver dans des textes où il serait mélangé avec du français, à l’image du bruxellois « beulemans », hybride de flamand et de français ? Eh bien oui ! Quelques auteurs se sont illustrés naguère dans cet exercice, tantôt en créant un parler mixte wallo-français, tantôt en insérant des séquences de wallon dans un texte rédigé en majeure partie en français.

    Le premier cas de figure fera l’objet d’un prochain billet. Quant au second, il a été principalement illustré par un auteur quelque peu oublié des jeunes générations, mais dont le succès a été spectaculaire dans la seconde moitié du 20e siècle : Arthur Masson. Né en 1896 à Rièzes (...

    Lire la suite

  • La Flandre ne marche pas au son du canon

    Il y a plusieurs choses à retenir dans l’interview que nous accorde Bruno De Wever, historien très réputé et par ailleurs frère de Bart De Wever, le président de N-VA. Mais la plus importante est que ses propos sont identiques à ceux qu’il tient en Flandre. La contestation de la parole nationaliste n’est ainsi pas la spécialité de francophones obsessionnels, qui ne verraient les propositions de la N-VA que comme des provocations et des attaques en règle. Il y a au nord du pays nombre d’experts qui n’hésitent pas à monter au créneau pour...

    Lire la suite