Accompagnatrice de train agressée, la SNCB prend l’affaire très au sérieux

Accompagnatrice de train agressée, la SNCB prend l’affaire très au sérieux

Une jeune accompagnatrice de la SNCB aurait été victime d’une agression physique dimanche soir dans un train près de la gare de Huy, selon nos confrères de RTL. La SNCB confirme qu’une enquête interne est ouverte, sans confirmer pour autant la nature de l’agression.

Selon RTL, l’accompagnatrice de train aurait subi plusieurs attouchements de la part d’un passager en état d’ivresse dimanche soir vers 22h00. Elle aurait réussi à le pousser hors du train aux environs de Huy, en province de Liège.

Si la SNCB ne confirme pas l’information, elle confirme par contre qu’une enquête est bien ouverte concernant un cas d’agression sur une accompagnatrice de train. « Une enquête interne est ouverte, comme sur chaque cas d’agression. C’est quelque chose que nous prenons très au sérieux. Maintenant il s’agit d’un cas personnel et nous avons une politique très stricte à ce niveau », indique Elisa Roux, porte-parole de la SNCB.

Suite au taux d’agressions relativement élevé, la SNCB a mis en place un master plan anti-agression après 2011.

Recrudescence en 2017

Collaborations avec la police, formations du personnel, actions préventives, etc. sont autant de choses mises en place dans ce master plan. « Afin d’éviter les cas de violence, les agents de sécurité Securail et la police effectuent des patrouilles préventives supplémentaires. Nous renforçons nos patrouilles Securail au cas par cas, là où elles sont le plus nécessaires, sur base d’analyses. En parallèle de ces actions préventives, la SNCB continue à former son personnel afin qu’il puisse identifier et éviter les situations de conflit potentielles. »

Un plan d’actions qui a porté ses fruits, puisque la SNCB a constaté une forte baisse des agressions depuis 2011. Toutefois, une recrudescence s’est à nouveau fait ressentir en 2017 avec un taux d’agressions supérieur de 11 % par rapport à l’année précédente.

« Nous comptions 1.547 cas d’agression en 2011, 1.363 en 2012, 1.276 en 2013, 1.271 en 2014, 1.252 en 2015, et en 2016, 1.051. Le nombre d’agressions envers le personnel de la SNCB a augmenté de 11 % en 2017 par rapport à 2016, avec un total de 1.165 cas. Chaque agression est évidemment une agression de trop et la sécurité de nos agents est une préoccupation primordiale pour nous. La SNCB fait tout ce qui est en son pouvoir pour éviter ces cas de violences », conclut la porte-parole de la SNCB.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour la première fois depuis des temps immémoriaux, on aura vu un vrai mouvement citoyen bousculer totalement l’agenda politique et imposer le thème du climat. © Photo News.

    Elections 2019: non, cette campagne n’était pas ennuyeuse

  2. © Photo News

    Elections 2019: les programmes des partis à la loupe

  3. liste citoyenne

    Elections 2019: les mouvements citoyens vont-ils exister?

Chroniques
  • «En entreprises»: le pluriel est-il de mise?

    « En » et « dans »

    «  Des formations zéro faute en entreprises  » titrait, le 8 avril dernier, votre quotidien favori dans sa version « papier ». S’ensuivirent les doléances d’une lectrice qui se disait très étonnée à la lecture de ce titre. Qu’est-ce qui a pu choquer dans la formule incriminée ? Le caractère trop ambitieux de l’objectif « zéro faute » ? Point du tout ! C’est la marque du pluriel au nom entreprises. Pourtant, ces formations ne sont pas destinées à une seule entreprise, mais à plusieurs ; elles seront dispensées dans les entreprises. Pour des formations zéro faute, un bref retour sur le couple en / dans les peut s’avérer utile.

    L’emploi de la préposition en pour introduire un complément de lieu est d’usage général en français : travailler en usine, croupir en prison, s’éclater en boîte, servir en salle, entrer en conclave. Dans ces expressions, il...

    Lire la suite

  • Un an de RGPD. Et de culture numérique européenne

    Le 25 mai 2018 entrait en vigueur l’un des textes majeurs de cette législature européenne : le RGPD. Né dans la douleur, quelques mois après le traumatisme Cambridge Analytica, ce Règlement général sur la protection des données affichait haut et fort ses ambitions. En gros : réguler l’usage de ce nouveau carburant de l’économie numérique. Et empêcher ses acteurs de fouiller indûment dans les tiroirs de notre intimité. Le RGPD consacrait en quelque sorte un droit bétonné depuis 1948, celui du respect de la vie privée....

    Lire la suite