Accompagnatrice de train agressée, la SNCB prend l’affaire très au sérieux

Accompagnatrice de train agressée, la SNCB prend l’affaire très au sérieux

Une jeune accompagnatrice de la SNCB aurait été victime d’une agression physique dimanche soir dans un train près de la gare de Huy, selon nos confrères de RTL. La SNCB confirme qu’une enquête interne est ouverte, sans confirmer pour autant la nature de l’agression.

Selon RTL, l’accompagnatrice de train aurait subi plusieurs attouchements de la part d’un passager en état d’ivresse dimanche soir vers 22h00. Elle aurait réussi à le pousser hors du train aux environs de Huy, en province de Liège.

Si la SNCB ne confirme pas l’information, elle confirme par contre qu’une enquête est bien ouverte concernant un cas d’agression sur une accompagnatrice de train. « Une enquête interne est ouverte, comme sur chaque cas d’agression. C’est quelque chose que nous prenons très au sérieux. Maintenant il s’agit d’un cas personnel et nous avons une politique très stricte à ce niveau », indique Elisa Roux, porte-parole de la SNCB.

Suite au taux d’agressions relativement élevé, la SNCB a mis en place un master plan anti-agression après 2011.

Recrudescence en 2017

Collaborations avec la police, formations du personnel, actions préventives, etc. sont autant de choses mises en place dans ce master plan. « Afin d’éviter les cas de violence, les agents de sécurité Securail et la police effectuent des patrouilles préventives supplémentaires. Nous renforçons nos patrouilles Securail au cas par cas, là où elles sont le plus nécessaires, sur base d’analyses. En parallèle de ces actions préventives, la SNCB continue à former son personnel afin qu’il puisse identifier et éviter les situations de conflit potentielles. »

Un plan d’actions qui a porté ses fruits, puisque la SNCB a constaté une forte baisse des agressions depuis 2011. Toutefois, une recrudescence s’est à nouveau fait ressentir en 2017 avec un taux d’agressions supérieur de 11 % par rapport à l’année précédente.

« Nous comptions 1.547 cas d’agression en 2011, 1.363 en 2012, 1.276 en 2013, 1.271 en 2014, 1.252 en 2015, et en 2016, 1.051. Le nombre d’agressions envers le personnel de la SNCB a augmenté de 11 % en 2017 par rapport à 2016, avec un total de 1.165 cas. Chaque agression est évidemment une agression de trop et la sécurité de nos agents est une préoccupation primordiale pour nous. La SNCB fait tout ce qui est en son pouvoir pour éviter ces cas de violences », conclut la porte-parole de la SNCB.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Sur les bateaux munis d’une grue pour remonter les cordes, ce sont environ deux tonnes de moules par heure qui sont pêchées à partir de la fin du mois de mai.

    C’est déjà la saison des moules

  2. Binche, Estinnes et Morlanwelz rejoignent la toute nouvelle circonscription de Soignies-La Louvière.

    Elections 2019: les curieux comptes électoraux du SPF Intérieur

  3. La campagne du Belang vise principalement les jeunes.

    Campagne 2.0: le Vlaams Belang tire son épingle du jeu

Chroniques
  • Campagne 2.0: le Vlaams Belang tire son épingle du jeu

    Jusqu’à présent, le moment le plus captivant de la campagne électorale en Flandre a été l’interruption par des activistes climatiques d’un débat électoral entre Guy Verhofstadt, député européen libéral, et Geert Bourgeois, tête de la liste européenne de la N-VA et actuel ministre-président de la Flandre. Ils ont lancé des confettis et des tracts sur les deux hommes politiques, et se sont jetés par terre dès que les agents de la sécurité ont essayé de les écarter du plateau. Après le lancement par la rédaction d’une séquence sur un thème tout à fait différent, les activistes ont été écartés et remis dans les mains de la police. Le débat put reprendre, mais le suspense avait disparu.

    L’insipidité de la campagne électorale en Flandre a, selon moi, plusieurs causes : la proximité des élections précédentes, en octobre dernier, pour le niveau communal, qui à ce moment-là était le premier scrutin depuis plus de quatre ans ; ou encore,...

    Lire la suite

  • Petits partis: entrer en politique pour la changer, au risque que celle-ci vous change

    La démocratie est le pire des systèmes, à l’exception de tous les autres ». La citation de Winston Churchill est largement partagée au sein des listes citoyennes. Notre parlementarisme est devenu une particratie, sous le contrôle de coupoles présidentielles qui, souvent, décident au nom d’intérêts partisans ou de logique à court terme.

    Le désir de changement est profond, tant le système actuel semble en crise. Et c’est ce pas que franchit un nombre croissant de citoyens, décidés à « entrer...

    Lire la suite