Tram’Ardent désigné pour le tram à Liège

Tram’Ardent désigné pour le tram à Liège

Le Conseil d’administration de l’Opérateur de transport de Wallonie (OTW), nouvel organe regroupant les cinq TEC et l’ex-SRWT, a désigné mercredi après-midi le soumissionnaire chargé des travaux d’aménagement d’une ligne de tram à Liège. Il s’agit du consortium Tram’Ardent, a indiqué mercredi l’OTW dans un communiqué.

Après le report du premier Conseil d’administration de l’OTW, qui ne s’est pas réuni en juillet dernier en raison d’un désaccord politique, ce CA s’est finalement rassemblé ce mercredi avec, à l’ordre du jour, l’important dossier du tram à Liège. Deux consortiums restaient en lice : Mobiliège (Alstom Transport) et Tram’Ardent. C’est le consortium Tram’Ardent qui a remporté le marché public, sous forme d’un partenariat public/privé. Celui-ci se compose du groupe espagnol CAF pour la construction et de l’entreprise Colas pour le génie civil.

Tram’Ardent a pour missions la construction du réseau électrifié entre Sclessin et Coronmeuse (en ce compris les systèmes complémentaires comme les carrefours), la fourniture du matériel roulant, la création et la gestion du centre de maintenance et de remisage à Bressoux, l’intégration du matériel billettique du TEC, l’aménagement des espaces urbains connexes à la ligne (représentant 240.000 m² sur l’ensemble du tracé et favorisant la mobilité douce) ainsi que la maintenance pendant toute la durée du contrat tandis que l’OTW prend en charge l’exploitation de la ligne.

« Caractère vital »

Cette ligne de tram reliera Sclessin à Coronmeuse (11,7 km) et desservira 21 stations, dont 90 % seront en site propre. La ligne sera connectée à un parking-relais de plus de 900 places. Les travaux devraient démarrer début 2019 pour une mise en service en 2022.

Le bourgmestre de Liège, Willy Demeyer, se réjouit de cette avancée dans le dossier du tram. Il rappelle le caractère vital de ce dossier pour Liège et son agglomération pour quatre raisons majeures.

« Le tram va accroître considérablement la rapidité, la capacité et le confort du transport des voyageurs (plus de 300 personnes toutes les 4 min 30 dans chaque sens de circulation), va réduire de manière certaine les émissions polluantes liées à la présence de voitures et de nombreux bus, trop anciens, dans le centre-ville. Il va aussi permettre de réaliser une rénovation urbaine de 50 ha d’espaces publics destinés à apaiser la ville et de relier de nombreux pôles de développement liégeois, de Sclessin à Coronmeuse et Bressoux Droixhe en passant par le Val Benoît, Fragnée, les Guillemins, les boulevards, le Pont d’Avroy, Opéra, Saint-Lambert, Féronstrée, les quais de la Meuse et Saint Léonard », a-t-il dit.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous