Des projets rentables… mais uniquement sur le plan personnel

Vincent Dupont est associé et architecte chez DDS+ depuis dix ans. Il a participé de près à la création de trois nouvelles écoles à Bruxelles.

Les deux premières ont été construites sur le site Van Oost à Schaerbeek, lequel abrita jadis la brasserie Roelants. Les plus anciens (mais seulement eux…) se souviendront qu’elle produisait notamment la Jagerbier et la Dog Ale.

Sur cette friche industrielle inactive depuis des lustres, DDS+ a imaginé deux écoles, maternelle et primaire : l’une francophone et l’autre néerlandophone, qui partagent un espace commun. Total : 39 classes et 1.000 élèves. Une particularité : la cour de récréation est commune aux deux établissements. « Ce projet de 12.000 m2 qui comprend également une salle de sport et des logements (NDLR : 11 appartements) a un fort impact sur le plan urbanistique et sociétal, insiste Vincent Dupont. Le site a été intégralement rasé pour céder la place à un ensemble dont la difficulté a été son intégration dans le bâti existant. »

Les deux rues attenantes au projet sont, en effet, caractérisées par des maisons mitoyennes bruxelloises traditionnelles. Le projet de DDS+ transforme l’intérieur d’îlot en espace public et conserve partiellement le patrimoine architectural des rues adjacentes.

L’autre projet se situe avenue de l’Astronomie à Saint-Josse. Il s’agit ici d’une reconversion d’un ancien immeuble de bureaux et de logements (14.400 m2) en école de promotion sociale (EPFC) dotée de 75 classes (2.300 élèves). L’enveloppe extérieure de l’immeuble ainsi que les façades ont été conservées en l’état. « Il a fallu transformer et réaffecter le bâtiment, explique Vincent Dupont. Le permis d’urbanisme a été obtenu par le bureau Art&Build. Nous sommes intervenus en cours de route pour nous occuper du suivi d’exécution. »

Dessiner et imaginer une école n’est certainement pas plus facile à faire que des logements ou des bureaux. « Il faut bien réfléchir aux dimensionnements et aux espaces avec pour principale contrainte la cour de récréation qui implique toujours une grande surface au sol, explique l’architecte. Par ailleurs, il faut également bien connaître le fonctionnement de l’école, son organigramme et son programme scolaire avant de se lancer. Sans parler des normes de sécurité… »

S’ils concernent beaucoup d’élèves, les deux projets évoqués ci-dessus ne sont pas ce qu’on peut appeler de grands projets par la taille. « C’est le problème de toutes les écoles : ce ne sont pas des réalisations financièrement rentables car on a peu de mètres carrés, des bâtiments assez complexes et énormément de choses à prévoir avec beaucoup de discussions en interne ainsi qu’avec le voisinage. Si le quartier est généralement très content de voir une école se construire, il en va tout autrement pour les voisins directs de l’école… », argumente Vincent Dupont.

Par contre, ce genre de projets est très motivant et enthousiasmant pour un architecte car celui-ci a conscience de travailler pour les générations futures. « Sur le plan de la créativité, c’est assez ludique », expose notre interlocuteur.

Chez DDS+, on avoue ne pas avoir d’autres projets d’écoles dans les cartons. « On aimerait bien mais la plupart du temps, ces nouvelles constructions sont sujettes à des concours et le problème des concours, c’est qu’il faut les gagner !, sourit Vincent Dupont. Et puis, il y a d’autres problèmes, comme le fait de devoir trouver des terrains en ville, ce qui est de moins en moins évident. »

Autres contrariétés : l’impossibilité de phaser les travaux de rénovation (où met-on les élèves en attendant ?) et d’étendre les écoles car elles souffrent quasiment toutes d’un manque de place.

Qui a dit que le travail de l’architecte était facile ?…

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les parents de Simon Gautier ont formellement identifié le corps du jeune homme ce lundi.

    Italie: pourquoi le randonneur français Simon Gautier n’a pas été géolocalisé plus tôt

  2. Le stade dressé à Anvers pour accueillir l’Euro est un modèle du genre. Mais il coûte un pont !  A fonds perdu.

    Hockey: un stade voulu à Bruxelles, espéré à Wavre, avancé à Anvers

  3. Jean Faniel, docteur en sciences politiques, est directeur général du CRISP.

    Une guéguerre entre constitutionnalistes comme entre politiques?

Chroniques
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • bpost: la balle est dans le camp de l’Etat actionnaire

    Le départ annoncé du patron de bpost n’est pas une surprise. Koen Van Gerven a même plutôt de la chance d’arriver au terme de son mandat en février prochain. Le couperet tient dans le niveau du cours de Bourse qui atteste de la descente aux enfers de l’action bpost, passée de 28 euros en février 2018, à 8 ou 9 euros aujourd’hui. Une chute qui a fait comme un « effet Fortis » dans les portefeuilles des petits épargnants qui ont misé sur une entreprise de bon père de famille – toujours publique – qui, depuis son introduction en...

    Lire la suite