Des projets rentables… mais uniquement sur le plan personnel

Vincent Dupont est associé et architecte chez DDS+ depuis dix ans. Il a participé de près à la création de trois nouvelles écoles à Bruxelles.

Les deux premières ont été construites sur le site Van Oost à Schaerbeek, lequel abrita jadis la brasserie Roelants. Les plus anciens (mais seulement eux…) se souviendront qu’elle produisait notamment la Jagerbier et la Dog Ale.

Sur cette friche industrielle inactive depuis des lustres, DDS+ a imaginé deux écoles, maternelle et primaire : l’une francophone et l’autre néerlandophone, qui partagent un espace commun. Total : 39 classes et 1.000 élèves. Une particularité : la cour de récréation est commune aux deux établissements. « Ce projet de 12.000 m2 qui comprend également une salle de sport et des logements (NDLR : 11 appartements) a un fort impact sur le plan urbanistique et sociétal, insiste Vincent Dupont. Le site a été intégralement rasé pour céder la place à un ensemble dont la difficulté a été son intégration dans le bâti existant. »

Les deux rues attenantes au projet sont, en effet, caractérisées par des maisons mitoyennes bruxelloises traditionnelles. Le projet de DDS+ transforme l’intérieur d’îlot en espace public et conserve partiellement le patrimoine architectural des rues adjacentes.

L’autre projet se situe avenue de l’Astronomie à Saint-Josse. Il s’agit ici d’une reconversion d’un ancien immeuble de bureaux et de logements (14.400 m2) en école de promotion sociale (EPFC) dotée de 75 classes (2.300 élèves). L’enveloppe extérieure de l’immeuble ainsi que les façades ont été conservées en l’état. « Il a fallu transformer et réaffecter le bâtiment, explique Vincent Dupont. Le permis d’urbanisme a été obtenu par le bureau Art&Build. Nous sommes intervenus en cours de route pour nous occuper du suivi d’exécution. »

Dessiner et imaginer une école n’est certainement pas plus facile à faire que des logements ou des bureaux. « Il faut bien réfléchir aux dimensionnements et aux espaces avec pour principale contrainte la cour de récréation qui implique toujours une grande surface au sol, explique l’architecte. Par ailleurs, il faut également bien connaître le fonctionnement de l’école, son organigramme et son programme scolaire avant de se lancer. Sans parler des normes de sécurité… »

S’ils concernent beaucoup d’élèves, les deux projets évoqués ci-dessus ne sont pas ce qu’on peut appeler de grands projets par la taille. « C’est le problème de toutes les écoles : ce ne sont pas des réalisations financièrement rentables car on a peu de mètres carrés, des bâtiments assez complexes et énormément de choses à prévoir avec beaucoup de discussions en interne ainsi qu’avec le voisinage. Si le quartier est généralement très content de voir une école se construire, il en va tout autrement pour les voisins directs de l’école… », argumente Vincent Dupont.

Par contre, ce genre de projets est très motivant et enthousiasmant pour un architecte car celui-ci a conscience de travailler pour les générations futures. « Sur le plan de la créativité, c’est assez ludique », expose notre interlocuteur.

Chez DDS+, on avoue ne pas avoir d’autres projets d’écoles dans les cartons. « On aimerait bien mais la plupart du temps, ces nouvelles constructions sont sujettes à des concours et le problème des concours, c’est qu’il faut les gagner !, sourit Vincent Dupont. Et puis, il y a d’autres problèmes, comme le fait de devoir trouver des terrains en ville, ce qui est de moins en moins évident. »

Autres contrariétés : l’impossibilité de phaser les travaux de rénovation (où met-on les élèves en attendant ?) et d’étendre les écoles car elles souffrent quasiment toutes d’un manque de place.

Qui a dit que le travail de l’architecte était facile ?…

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © Sylvain Piraux - Le Soir

    Yvon Englert (ULB): «La proposition du MR pour la fusion UCL/Saint-Louis, c’est le venin de la discorde»

  2. Deux migrants venus de Côte d’Ivoire en route pour le col de l’Echelle. Au risque d’accidents s’ajoutent les menaces de l’extrême droite identitaire. © AFP.

    Dans les Alpes, les migrants fuient l’Italie de Salvini

  3. Pour la gauche en revanche, Steve Bannon est le diable en personne. Ce qui lui convient plutôt.

    Élections européennes: la méthode Steve Bannon

Chroniques
  • L’élection cachée

    Elections gâchées d’abord ; la première chose qui me frappe, dans la campagne nationale et européenne, c’est le poids de plus en plus lourd que pèsent les rumeurs, les fake news, les manipulations de toutes sortes. Plutôt que de mettre en avant un programme, les candidats se lancent dans des attaques plus ou moins masquées visant à discréditer l’adversaire. Un tel prendrait tel autre dans son équipe, lequel serait ceci ou cela… Il aurait dit que… L’argumentaire porte sur les intentions prêtées (ou volées), pas sur les propositions réelles et les actes. J’ai pointé l’importance que risque de jouer un personnage comme Steve Bannon dans la prochaine élection européenne  ; mais ce que Bannon joue à grande échelle (la manipulation, la désinformation, l’attaque personnelle…) est devenu le comportement de base.

    On aurait pu espérer que des élections rectorales dans une université se passent différemment ; les académiques et chercheurs, leurs étudiants, sont supposés...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite