Au BGT, le soleil est devenu une garantie

Ambiance conviviale garantie au 6 e  BGT du nom au Golf de Sept Fontaines, à Braine-l’Alleud. Sous un soleil généreux, les participants se sont démenés pour rentrer des cartes de score à la hauteur de l’événement. Pari réussi.
Ambiance conviviale garantie au 6 e BGT du nom au Golf de Sept Fontaines, à Braine-l’Alleud. Sous un soleil généreux, les participants se sont démenés pour rentrer des cartes de score à la hauteur de l’événement. Pari réussi. - Dominique Duchesnes.

S’il avait été de passage, lundi, au golf de Sept Fontaines de Braine-l’Alleud, un golfeur professionnel aurait dit qu’il n’a pas vu que des swings fluides et précis. Que certains ont une tendance trop prononcée à viser les arbres plutôt que les greens. Que d’autres se prennent pour les champions qu’ils ne seront jamais. Que le putting est un art que beaucoup feraient bien de perfectionner. Que le golf requiert une pratique régulière et non épisodique…

Un joueur professionnel aurait pu dire tout ça mais il n’aurait rien enlevé au plaisir qu’ont éprouvé les 92 participants du BGT (Building Golf Trophy), une compétition réunissant pour la sixième année consécutive les milieux de l’immobilier et de la construction sur les fairways. Sans parler de la trentaine de golfeurs d’un jour qui ont suivi l’initiation, laquelle avait été spécialement mise sur pied à leur intention, histoire de savoir si c’est le golf qui est fait pour eux, ou l’inverse…

À la barre de la manifestation, le trio d’organisateurs composé de Pascal Spitaels, Thierry Damstén et Cédric Buchet étaient aux premières loges pour constater l’enthousiasme des compétiteurs. Une chose est sûre : ce trio a une chance, avouons-le, presque scandaleuse : le soleil et la chaleur ont une nouvelle fois régné en maîtres lors de la manifestation. C’est bien simple, depuis que le BGT a été mis sur pied, il ne s’est déroulé sous la pluie et la grisaille qu’à une seule occasion. Comme quoi, le mois de septembre aime à prendre des allures d’été en Belgique.

Puisqu’il s’est agi d’une compétition au sens propre du terme, elle a désigné des vainqueurs. Honneur, donc, au quatuor composé de Grégoire de Broqueville, Jean-Philippe Doutrelugne, Stéphane Galeote et Tom Chanterie, ce dernier ayant eu l’avantage de jouer « à domicile » puisqu’il est membre à Sept Fontaines.

Ils ont rentré une carte de 53 points nets, une performance qui démontre que le niveau général n’était tout de même pas si faible que ça, que du contraire. Frédéric Smeets, Karin Pirkin, Gabriel Marijsse et Michel Rossignon ont terminé deuxièmes, à un coup des leaders. La troisième marche du podium est revenue à Didier Vander Brugghen, Olivier Gilson, Toon Honings et Philippe Tummers. Leur score : 50.

Cerise sur le gâteau : le tournoi a alloué une enveloppe de 1.000 euros (une aide symbolique mais une aide tout de même…) au service d’hématologie de l’Institut Jules Bordet qui traite les maladies du sang. Celui-ci était représenté lors de la cérémonie de remise des prix par les docteurs Marie Vercruyssen et Chloé Spillebaudt.

L’édition 2019 du BGT devrait se dérouler le lundi 16 septembre, toujours au Sept Fontaines, un club où le tournoi a désormais ses habitudes et où il est possible d’accueillir autant de participants, tant pour la compétition que pour le walking-dinner qui ponctue la journée.

Depuis le premier BGT, le Soir-Immo est associé au BGT. Tous les participants (compétition et initiation) se verront ainsi offrir un abonnement de trois mois à la version électronique du Soir, ainsi qu’un abonnement à la version papier du jeudi (qui inclut l’Immo).

Bonne lecture. Et bon golf.

Building Golf Trophy (photos)

Sur le même sujet
Golf
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Une maison à Dour.

    Par Jean-Christophe de Wasseige

    Immo

    Le top 3 des communes wallonnes les moins chères

  • Dans la tour Ekla, du nom de la bière qui fut brassée sur le site en 1958, Inclusio dispose de 20 logements répartis en 3 étages.

    Logements sociaux avec vue

  • d-20160902-G9RLQV 2019-10-16 09:59:27

    Coronavirus: qu’en est-il des loyers?

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. L’UE en a vu d’autres, de crises. La survie, sinon des institutions qui ont la vie dure comme on sait, du moins de «
l’esprit européen
» dépendra de la vigueur de la riposte.

    A tous les étages, «l’usine à gaz» de l'UE se mobilise contre le coronavirus

  2. Boris Johnson, le 3 avril dernier, au 10 Downing Street
: son état de santé s’est détérioré lundi après-midi.

    Boris Johnson admis aux soins intensifs, les Britanniques inquiets

  3. Une circulaire le précise
: pas d’apprentissage de nouvelles connaissances ni de devoirs cotés pour les élèves pendant le confinement.

    L’école met trop souvent et à tort la pression à la maison

La chronique
  • Coroanvirus et absence de Johnson: au secours «Ma’am», le Brexit est de retour!

    Par Marc Roche

    Dans son discours à la nation diffusé dimanche soir, Elizabeth II a évoqué « l’esprit du Blitz » pour encourager ses sujets à se montrer à la hauteur du défi posé par la pandémie de coronavirus. Le choix du château de Windsor n’était pas seulement dû au confinement de la souveraine âgée de 93 ans. La résidence de week-end du Chef de l’Etat symbolise par excellence le combat de la liberté et l’indomptable courage dans l’adversité d’un pays qui a affronté seul le nazisme entre juin 1940 et juin 1941.

    Comme au cours de la Deuxième Guerre mondiale, lorsque son père George VI avait montré l’exemple, la Reine s’est offerte comme un rempart devant les remous de l’heure. C’est son vrai rôle. Le ton de cette intervention – la quatrième d’un règne de 68 ans – était sobre, tranquille, normal, dépourvu de lyrisme, d’effets théâtraux ou de pose martiale. Le texte avait été écrit en étroite collaboration avec le 10 Downing Street. Le Palais voulait à tout prix éviter que ce laïus ne soit perçu comme une critique...

    Lire la suite

  • L’Europe! L’Europe! L’Europe! Tout de suite, adesso, nu!

    Ce n’est plus une suggestion ou une supplication, c’est une mise en demeure et une injonction : l’Europe, plus d’Europe, mieux d’Europe ! Une Europe digne de la promesse faite aux peuples qui la composent. Et gérée par des hommes et des femmes qui savent dépasser leurs égoïsmes, leurs « bibles » multiples et osent, innovent pour répondre au seul défi qui s’impose désormais : être solidaire.

    De...

    Lire la suite