Au BGT, le soleil est devenu une garantie

Ambiance conviviale garantie au 6 e  BGT du nom au Golf de Sept Fontaines, à Braine-l’Alleud. Sous un soleil généreux, les participants se sont démenés pour rentrer des cartes de score à la hauteur de l’événement. Pari réussi.
Ambiance conviviale garantie au 6 e BGT du nom au Golf de Sept Fontaines, à Braine-l’Alleud. Sous un soleil généreux, les participants se sont démenés pour rentrer des cartes de score à la hauteur de l’événement. Pari réussi. - Dominique Duchesnes.

S’il avait été de passage, lundi, au golf de Sept Fontaines de Braine-l’Alleud, un golfeur professionnel aurait dit qu’il n’a pas vu que des swings fluides et précis. Que certains ont une tendance trop prononcée à viser les arbres plutôt que les greens. Que d’autres se prennent pour les champions qu’ils ne seront jamais. Que le putting est un art que beaucoup feraient bien de perfectionner. Que le golf requiert une pratique régulière et non épisodique…

Un joueur professionnel aurait pu dire tout ça mais il n’aurait rien enlevé au plaisir qu’ont éprouvé les 92 participants du BGT (Building Golf Trophy), une compétition réunissant pour la sixième année consécutive les milieux de l’immobilier et de la construction sur les fairways. Sans parler de la trentaine de golfeurs d’un jour qui ont suivi l’initiation, laquelle avait été spécialement mise sur pied à leur intention, histoire de savoir si c’est le golf qui est fait pour eux, ou l’inverse…

À la barre de la manifestation, le trio d’organisateurs composé de Pascal Spitaels, Thierry Damstén et Cédric Buchet étaient aux premières loges pour constater l’enthousiasme des compétiteurs. Une chose est sûre : ce trio a une chance, avouons-le, presque scandaleuse : le soleil et la chaleur ont une nouvelle fois régné en maîtres lors de la manifestation. C’est bien simple, depuis que le BGT a été mis sur pied, il ne s’est déroulé sous la pluie et la grisaille qu’à une seule occasion. Comme quoi, le mois de septembre aime à prendre des allures d’été en Belgique.

Puisqu’il s’est agi d’une compétition au sens propre du terme, elle a désigné des vainqueurs. Honneur, donc, au quatuor composé de Grégoire de Broqueville, Jean-Philippe Doutrelugne, Stéphane Galeote et Tom Chanterie, ce dernier ayant eu l’avantage de jouer « à domicile » puisqu’il est membre à Sept Fontaines.

Ils ont rentré une carte de 53 points nets, une performance qui démontre que le niveau général n’était tout de même pas si faible que ça, que du contraire. Frédéric Smeets, Karin Pirkin, Gabriel Marijsse et Michel Rossignon ont terminé deuxièmes, à un coup des leaders. La troisième marche du podium est revenue à Didier Vander Brugghen, Olivier Gilson, Toon Honings et Philippe Tummers. Leur score : 50.

Cerise sur le gâteau : le tournoi a alloué une enveloppe de 1.000 euros (une aide symbolique mais une aide tout de même…) au service d’hématologie de l’Institut Jules Bordet qui traite les maladies du sang. Celui-ci était représenté lors de la cérémonie de remise des prix par les docteurs Marie Vercruyssen et Chloé Spillebaudt.

L’édition 2019 du BGT devrait se dérouler le lundi 16 septembre, toujours au Sept Fontaines, un club où le tournoi a désormais ses habitudes et où il est possible d’accueillir autant de participants, tant pour la compétition que pour le walking-dinner qui ponctue la journée.

Depuis le premier BGT, le Soir-Immo est associé au BGT. Tous les participants (compétition et initiation) se verront ainsi offrir un abonnement de trois mois à la version électronique du Soir, ainsi qu’un abonnement à la version papier du jeudi (qui inclut l’Immo).

Bonne lecture. Et bon golf.

Building Golf Trophy (photos)

Sur le même sujet
Golf
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le gouvernement change de stratégie pour augmenter la capacité du testing.

    Comment la Belgique va tester 70.000 personnes par jour

  2. En fait de prise de risques, plusieurs imaginent la famille socialiste, première à la Chambre, se hisser au Seize. © VBelga.

    L’incroyable duo avec De Wever: qu’est-ce qui fait courir Magnette?

  3. Des heurts violents ont encore opposé manifestants et forces de l’ordre, lundi, au centre de Beyrouth.

    Liban: malgré la démission du gouvernement, la colère ne retombe pas à Beyrouth

La chronique
  • «Vous avez de ces mots»: du rififi au Quai Conti

    Nous sommes en 1629. Neuf personnalités parisiennes, actives dans le domaine des lettres, ont pris l’habitude de se rencontrer chaque semaine au domicile d’un des leurs, Valentin Conrart. Le cardinal de Richelieu, alerté par son secrétaire, l’abbé de Boisrobert, s’intéresse à ces intellectuels qu’il prend sous sa protection. Il décide de donner à ce groupe le statut d’une compagnie littéraire dépendant de l’autorité royale, d’après le modèle qui a prévalu à Florence en 1582 pour la création de la fameuse Accademia della Crusca.

    Une académie procrastinatrice

    Les statuts de la Compagnie sont finalisés dès 1634 et officialisés le 29 janvier 1635 par des lettres patentes de Louis XIII. L’article 24 précise...

    Lire la suite

  • Fragilité, humilité, collectivité

    Le 11 janvier dernier, il y a donc sept mois jour pour jour, la Chine enregistrait officiellement le premier décès dû au Covid. Deux mois plus tard, exactement, c’est la Belgique qui comptait son premier mort dans un hôpital bruxellois, le jour même où l’OMS déclarait que cette épidémie était en fait une pandémie.

    Sept mois, à peine, qui semblent une éternité tant nos vies ont changé depuis l’apparition de ce virus. Changé ? C’est le moins qu’on puisse écrire....

    Lire la suite