Les promoteurs s’intéressent au crowdlending

Pour Peter Wilhelm, la formule du crowd lending convient surtout pour des projets modestes à moyen.
Pour Peter Wilhelm, la formule du crowd lending convient surtout pour des projets modestes à moyen.

Vingt-et-une secondes. C’est le temps qu’il a fallu à Wilhelm&Co, le promoteur qui a développé L’Esplanade à Louvain-la-Neuve ou de Médiacité à Liège, pour lever 530.000 euros sur la plate-forme de crowdlending Look&Fin. En tout, 179 particuliers et investisseurs ont participé à l’opération. En retour, ils vont recevoir des intérêts chaque mois au taux annuel de 7,5 % brut. Le remboursement de leurs engagements, lui, se fera à l’échéance du prêt, dans 24 mois.

Pour le groupe bruxellois, ces moyens vont compléter un financement destiné à un projet de rénovation à Nivelles. Celui-ci consiste à racheter une ancienne maison de repos et à la transformer en 31 appartements. L’investissement global est de 6,3 millions d’euros : 4,1 millions proviendront de crédits bancaires, 1,1 million de la prévente des appartements et 1,1 million du crowdlending (une seconde levée de fonds – de 570.000 euros – se tiendra d’ici la fin de l’année).

Les exemples se multiplient

Avant lui, d’autres promoteurs ont aussi utilisé cette variante du crowdfunding qui consiste donc en des prêts rémunérés. La SPRL Alpha Line y a recouru pour un immeuble de 29 appartements à Uccle (500.000 euros levés sur un budget de 10,8 millions). FK Immo s’en est servi pour un ensemble dans le centre de Mons comprenant 69 appartements (400.000 euros sur un budget de 6,5 millions). Le groupe bruxellois Urbanity a fait de même pour une future villa de luxe 4 façades à Rhode-St-Genèse. Etc.

Qu’est-ce qui pousse ces acteurs à recourir à une telle formule ? « En ce qui nous concerne, il s’agissait d’un test, répond Peter Wilhelm, le CEO de Wilhelm&Co. On parle beaucoup de ce concept de crowdlending. Nous nous intéressons à toutes les formes d’innovation ; nous avons donc voulu essayer. Comme nous avions ce petit projet à Nivelles, l’opportunité était idéale ».

« Une place marginale mais intéressante »

Pour quel verdict ? « Le concept est éminemment intéressant. C’est facile, rapide et simple à utiliser. Cela permet aussi d’être en contact avec le public, de tester le produit auprès de tout le monde… Ceci étant, cette voie de financement reste marginale. Dans le cas de notre opération, la contribution du crowdlending s’élève à 1 million. Une telle somme est assez dérisoire dans notre secteur, qui est très intensif en capital. La formule convient surtout pour des projets assez modestes, donc plutôt éloignés de notre cœur de métier ».

Le crowdlending peut quand même trouver sa niche. « En immobilier professionnel, un financement est généralement constitué de deux ou trois parts. D’abord, des fonds propres sont apportés par le promoteur. Ensuite, des crédits sont négociés auprès des banques. Enfin, il arrive qu’un complément de capitaux viennent s’intercaler entre les deux : ce sont les crédits mezzanine, souscrits auprès de fonds spécialisés. Le crowdlending, lui, est du même niveau que ces crédits mezzanine. Globalement, il pratique les mêmes taux d’intérêt. Donc, il pourrait très bien se développer sur ce créneau ».

« Nous répondons à une demande »

Du côté de Look&Fin, le nº1 du crowdlending belge avec une part de marché de 90 %, on souligne un autre avantage. « Lorsque les promoteurs immobiliers mènent plusieurs projets de front, il est parfois lourd pour eux de mobiliser à chaque fois des fonds propres, explique Frédéric Levy Morelle, le CEO de la plate-forme. Le crowdlending peut venir soulager leurs efforts. Les prêts participatifs sont accordés sans demander de garanties. Ils peuvent donc s’apparenter à ces capitaux propres. Et en augmentant la part de ceux-ci, ils aident à négocier de meilleurs taux pour les crédits auprès des banques ».

Ce spécialiste de la fintech est convaincu d’une croissance du crowdlending dans ce domaine de l’immobilier. « Nous répondons à une vraie demande. Depuis notre lancement en 2012, nous avons structuré des prêts participatifs pour onze projets immobiliers représentant un montant cumulé de 5 millions d’euros. Et ce n’est pas fini. D’ici la fin octobre, trois autres dossiers vont être soumis à nos affiliés investisseurs pour un montant cumulé de 3,3 millions. Ce segment est clairement en train de bouger ».

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Joe Biden, avec la vice-présidente Kamala Harris à ses côtés, lors d’une présentation d’une partie des membres de son équipe, le 8 janvier dernier à Wilmington, son fief du Delaware.

    Plus diversifiée et féminine: que penser de l’administration Biden?

  2. BIDEN INAUGURATION

    Joe Biden, un guérisseur à la Maison-Blanche

  3. En 2016, alors vice-président de Barack Obama, Joe Biden était allé à la rencontre de la population de Ballina, berceau de ses ancêtres, lors d’une visite en République d’Irlande.

    Avec Joe Biden, l’Irlande savoure l’avènement de l’un des siens

La chronique
  • «La Lettre d’Ivan De Vadder»: Ces classes moyennes qui règnent sur la Flandre

    Si une chanson populaire moderne dépeint l’âme de la Flandre, c’est probablement Mia, de Gorki, groupe de rock flamand néerlandophone, dont je vous ai déjà parlé. La phrase « De middenstand regeert het land, beter dan ooit tevoren » (« Les classes moyennes règnent sur le pays, plus que jamais ») est perçue comme douloureusement véridique. Et grâce à son caractère reconnaissable, la chanson est devenue populaire, la preuve en est que les prix des récompenses musicales en Flandre ont été baptisés « Music Industry Awards » ou « MIA » ; et aussi que, depuis 2013, une émission de télévision s’appelle « Alleen Elvis blijft bestaan », qui nous rappelle une autre phrase de la même chanson : « Il n’y a qu’Elvis qui survit ». Malheureusement, le chanteur du groupe, Luc De Vos, fut retrouvé mort en 2014 ; mais l’idée que « les classes...

    Lire la suite

  • Our America is back

    Le président américain tweete, et ce n’est pas en lettres capitales. C’est un détail qui dit beaucoup du retour à la normalité outre-Atlantique, mais aussi du profond et intense soulagement qu’il en soit ainsi. Ces majuscules étaient autant d’insupportables agressions qui rappelaient à chaque envoi le désordre depuis quatre ans au sommet du pouvoir et la crainte qu’il inspirait.

    Les symboles et les mots ne font pas tout, mais après avoir subi cette présidence où tout semblait permis, ils étaient...

    Lire la suite