Michael O’Leary menaçant: «Une grève en Belgique? Votre pays est petit pour Ryanair» (vidéo)

Le patron de Ryanair Michael O’Leary © Reuters
Le patron de Ryanair Michael O’Leary © Reuters

Le directeur général de la compagnie aérienne à bas coûts, Michael O’Leary estime que la Belgique est « un petit pays » pour la compagnie aérienne à bas coûts menacée d’une grève du personnel de cabine par les syndicats européens le 28 septembre. « Ce n’est certainement pas une bonne idée de partir en grève », affirme l’Irlandais dans un entretien publié dans La Libre Belgique vendredi.

Charleroi est perçue comme une petite base pour Ryanair. « Nous avons 8 avions basés à Charleroi (NdlR : 14 en saison estivale), je crois, sur 450 au total. La Belgique, c’est moins de six pour cent de notre trafic », affirme M. O’Leary « On arrive en période hivernale avec moins de vols programmés, donc ce n’est certainement pas une bonne idée de partir en grève pour notre personnel », assure-t-il convaincu qu’il n’y aura pas de grève. « Ce ne sont que des menaces de grève, c’est différent », clame le directeur général.

« Les syndicats sont rentrés chez Ryanair et nous devons nous adapter à cette nouvelle réalité, comme nous l’avons fait il y a quelques années en apprenant à être moins agressifs avec nos passagers. Nous sommes ainsi prêts à envisager des contrats locaux pour notre personnel basé hors d’Irlande, comme le demandent les syndicats », concède toutefois le patron de la société.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20190524-3U3PUF 2019-05-24 17:33:25

    Vie privée: les internautes ne sont pas prêts à se rebeller

  2. Le gouvernement Michel (la suédoise MR, N-VA, VLD, CD&V) était lourdement déséquilibré entre nord et sud
: les francophones, avec le seul MR, ne disposait que de 20 sièges sur 63.

    Un gouvernement minoritaire au Nord? Ce n’est pas une première

  3. A la veille du match entre l’AS Roma et l’Inter Milan, le journal italien Corriere dello Sport est au cœur d’une polémique avec cette « une ».

    Discriminations: «On ne peut parler de racisme sans parler des blancs»

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • Manifestations monstres contre Macron en France: ce qu’il faut oser dire

    Il n’y aura pas eu de chaos. La plupart des trains étaient à l’arrêt ce jeudi et la majorité des écoles, fermées. Mais les Français avaient anticipé ce « black thursday ». Si bien que le « mur du 5 décembre » n’a pas été érigé aussi haut que prévu.

    Emmanuel Macron aurait pourtant tort de considérer la partie gagnée. La mobilisation était très importante dans les manifestations. Et ce n’est que dans les...

    Lire la suite