Mondiaux de judo: Charline Van Snick au pied du podium (vidéo)

Mondiaux de judo: Charline Van Snick au pied du podium (vidéo)
Photo News

Deux ans après son passage en moins de 52 kg, au lendemain des Jeux de Rio, Charline Van Snick est passée tout près d’un premier podium dans un grand championnat dans sa nouvelle catégorie, ce vendredi, aux Mondiaux de Bakou. La Liégeoise, 9e mondiale, ne s’est, en effet inclinée que de toute justesse face à la Française Amandine Buchard (IJF 1) lors de la « petite finale » pour le bronze, où elle n’a pu remonter un waza ari encaissé après 1 minute malgré une grosse débauche d’efforts et une nette domination.

« C’est une grosse déception, a-t-elle admis. Ma place était sur le podium. Mais j’ai commis une erreur en suivant la Française dans son déplacement et je me suis fait avoir. Après, elle a bien géré la situation. C’est ma faute, j’assume. Ce n’est pas passé loin, je sais ce qu’il me reste à faire et je vais continuer à travailler dur. Aujourd’hui, je fais partie des 5 meilleures mondiales, demain, j’espère finir 3e et après-demain 1re ! »

Van Snick a, de l’avis général, livré un très bon championnat du monde. « Elle a effectué un parcours mondial », a dit Cédric Taymans, le directeur technique de la Fédération francophone, qui l’a coachée tout au long de la journée.

Une journée où elle a notamment battu en repêchages la Russe Kuziutina (IJF 3), la 3e des derniers JO de Rio dans ce qui fut incontestablement le meilleur de ses cinq combats. Auparavant, la Belge avait sorti la Britannique Giles (IJF 20) sur ippon et la Mongole Bishrelt (IJF 41) sur waza ari avant de s’incliner en quarts de finale contre la Brésilienne Miranda (IJF 4) après avoir trop peu de temps pour récupérer de son match précédent.

Pour Kenneth Van Gansbeke (IJF 33), les Mondiaux, eux, se sont arrêtés en 16es de finale des moins de 66 kg, à l’issue de son deuxième combat. Déjà peu convaincant dans le premier face au Qatari El Idrissi (IJF 54), où il n’était passé qu’aux pénalités, le Flandrien n’a jamais réussi à trouver l’ouverture ensuite contre le Cubain Solis (IJF 23), qui l’a surpris en contre (waza ari) avant de gérer son avantage. Au final, Van Gansbeke aura traversé la compétition sans marquer le moindre point…

« J’ai eu deux adversaires compliqués qui bloquaient mais j’aurais dû passer un tour de plus, reconnaissait-il. C’est une grosse déception parce que j’avais un tableau qui aurait dû me convenir. J’ai gaspillé trop d’énergie en ne mettant pas assez d’impact… »

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • L’athlétique quaterback cherche toujours un club.

    Par JULIEN RASPILLER

    USA

    Colin Kaepernick a mis la NFL à genoux

  • Le VBC Waremme ne cesse de grandir, sans dénaturer son identité.

    Par Eric Clovio

    Volley-ball

    Volley: Waremme est aux portes de l’exploit

  • Une teinture rouge dans les cheveux, Charline Van Snick au bout de l’effort et de la douleur.

    Par Christian Raspiller

    Judo

    Charline Van Snick encore piégée par son poids

 


 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. RTS25VUZ

    Frédéric Martel, auteur du livre «Sodoma»: «L’Eglise est un refuge pour un homosexuel»

  2. Philippe Malherbe, journaliste vedette de RTL-TVI, se présente pour le CDH à Bruxelles. Le dernier d’une longue liste de peoples qui ont succombés à l’appel des partis.

    Pourquoi les partis politiques recrutent des «people»

  3. FRANCE-POLITICS_BENALLA

    Benalla: le rapport accablant du Sénat sur les errements de l’Elysée

Chroniques
  • «Février sans supermarché», jour 20: des pâtes bolo sans viande pour lutter contre le réchauffement climatique

    Par Louise Tessier

    Depuis que j’ai commencé ce défi il y a 20 jours, ma consommation de viande a drastiquement baissé. Ce n’est pas vraiment une histoire de convictions, mais surtout de flemme : le boucher se situe bien plus loin que les rayons du Delhaize en face de chez moi. Du coup, j’ai appris à aimer les pâtes bolo sans viande hachée… Mais finalement, ce n’est pas plus mal lorsque l’on connaît les conséquences de l’élevage industriel sur l’environnement. L’élevage bovin en particulier : les bêtes rejettent du méthane, leur alimentation émet du CO2. Selon un rapport de Greenpeace paru en 2018, l’élevage est responsable de 14,5 % des émissions de gaz à effet de serre dans le monde. C’est autant que le secteur du transport. Rien que ça.

    Alors fini les brochettes au barbecue et les fondues bourguignonnes ? Pas forcément. Si déjà chaque personne respectait les niveaux de consommation de viande recommandés par l’OMS, soit 400 grammes par semaine, les émissions liées au...

    Lire la suite

  • Une économie de rente au bénéfice d’une minorité

    Les (très) grandes entreprises sont particulièrement généreuses avec leurs actionnaires. Depuis dix ans – depuis la Grande récession – les dividendes augmentent année après année (ou presque). L’an dernier, au plan mondial, ils ont atteint le niveau record de 1.370 milliards de dollars, soit près du double du montant distribué en 2009.

    De ce montant, Amérique du nord et Europe se taillent la part du lion, avec près de 70 % du total mondial. Et pourtant, les performances économiques, elles, ne...

    Lire la suite