Accueil Économie Mobilité

Tensions sociales chez Ryanair: la CNE dénonce le licenciement d’un steward belge

Selon le syndicat, la compagnie aérienne reproche à son ancien employé d’avoir parlé à la presse lors de la grève du 25 juillet.

Temps de lecture: 2 min

La CNE a décidé d’attaquer Ryanair devant le tribunal du travail de Bruxelles pour le licenciement d’un steward belge, par ailleurs militant syndical, annonce-t-elle samedi. Selon l’organisation, la compagnie aérienne porte atteinte aux libertés syndicales en reprochant à son ancien employé d’avoir parlé à la presse lors de la grève du 25 juillet.

Le militant de la CNE a été convoqué pour un entretien à Dublin le 20 septembre, jour de l’assemblée des actionnaires de Ryanair. La direction lui a annoncé son licenciement. « Dans les raisons invoquées, outre des futilités, il lui a été reproché de s’être exprimé dans les médias », détaille le syndicat. « Rien ne lui est reproché sur le contenu de sa communication, mais bien sûr le seul fait d’avoir parlé à la presse. »

Des employés « outrés »

La CNE dénonce une atteinte aux libertés syndicales et une situation « inacceptable » car elle risque « d’effrayer » les autres militants. Elle compte attaquer Ryanair devant le tribunal du travail de Bruxelles.

Le syndicat ajoute que les employés sont « outrés » par la lenteur du SPF Emploi et Travail à valider l’installation de la délégation syndicale demandée dans le respect de la procédure prévue par la CCT du secteur. « Même Ryanair a accepté le principe d’une délégation syndicale », ajoute la CNE. « Ce statut permettrait à nos militants de s’exprimer librement. »

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

29 Commentaires

Sur le même sujet

Aussi en Mobilité

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retrouvez l'information financière complète

L'information financière
références Voir les articles de références VacancesWeb Voir les articles de VacancesWeb