Un demandeur d’asile éthiopien souffrant de troubles psychiatriques porté disparu

Image d’illustration ©Mathieu Golinvaux / Le Soir
Image d’illustration ©Mathieu Golinvaux / Le Soir

Un jeune Ethiopien de 24 ans s’était rendu vendredi à l’Office des Etrangers pour y introduire une demande d’asile. Il a disparu depuis. Il s’y était rendu accompagné d’une bénévole de la Plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés qui a dû patienter à l’extérieur du bâtiment. S’inquiétant de ne pas le voir revenir de son rendez-vous, elle a donné l’alerte. Le jeune homme demeure pour l’heure introuvable, indique dimanche la zone de police de Bruxelles Capitale-Ixelles, confirmant ainsi une information de BX1 et de la RTBF.

«Osman, le jeune Ethiopien disparu, séjournait depuis un mois à la Porte d’Ulysse, le centre pour migrants de la plateforme citoyenne situé à Haren. A plusieurs reprises, il a eu des pertes de conscience de plusieurs heures et les médecins ignorent encore s’il s’agit de narcolepsie ou d’épilepsie. Il y a peu, un hôpital avait accepté de le garder en observation pendant plusieurs jours et a demandé à une bénévole de la Plateforme citoyenne de l’accompagner à l’Office des Etrangers pour qu’il y introduise une demande d’asile afin de pouvoir continuer à être pris en charge», explique Mehdi Kassou, porte-parole de Plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés.

«Vendredi, Osman s’est rendu à l’Office des Etrangers accompagné d’une bénévole. Son avocat avait reçu l’assurance de l’Office qu’il y serait pris en charge par les infirmiers de l’Office compte-tenu de son état de santé. Ne le voyant pas revenir au bout de quelques heures, la bénévole a appelé le dispatching de Fedasil, qui lui a expliqué qu’Osman avait disparu lorsque l’employé devant lui faire signer le document confirmant l’introduction de sa procédure d’asile, avait détourné le regard pour imprimer le formulaire. Fedasil nous a également affirmé qu’Osman avait été cherché sans résultat dans le bâtiment et que sur les images de vidéosurveillance analysées, on ne le voyait pas quitter les lieux», ajoute-t-il.

Caractère inquiétant de la disparition

Mehdi Kassou indique encore que des bénévoles ont effectué en vain des maraudes dans les alentours de l’Office des Etrangers. Il souligne le caractère inquiétant de la disparition, précisant qu’Osman peut se trouver n’importe où dans un état léthargique proche du coma. «Le plus important est de le retrouver rapidement. Il sera bien temps ensuite de comprendre les circonstances précises de sa disparition et de discuter plus amplement de la négligence de l’Office des Etrangers», conclut-il.

La police locale a été avisée samedi de la disparition d’Osman et l’a actée dans un procès-verbal. Elle a également diffusé un signalement urgent accompagné d’une photo au sein des commissariats et effectue des vérifications dans les hôpitaux bruxellois afin de voir si le jeune homme n’y a pas été admis. Son porte-parole précise qu’il appartient au parquet de décider d’émettre ou non un avis de recherche.

L’Office des Etrangers confirme et déplore l’incident, précisant ne pas avoir la possibilité de mettre un agent de sécurité à côté de chaque demandeur d’asile.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20181016-3P4RLN 2018-10-16 16:22:49

    Pourquoi tant de personnes âgées se privent de soins dentaires

  2. Tom Van Grieken (président du Vlaams Belang) et Jan Jambon (N-VA).

    N-VA – Vlaams Belang, le nouvel axe qui inquiète à la Chambre

  3. Dans son Rapport mondial, l’Onusida indique que dans plus de la moitié des pays, moins de 50 % des populations clés ont eu accès à des services combinés de prévention du VIH.

    Le sida marque le pas, mais la lutte patine

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: un ostracisme façon {beulemans}

    Un bruxellois mythique

    Zinnekes de tous poils, kiekefretters de toutes plumes, ne m’en veuillez pas de dire tout droit dehors ce que je pense : le parler bruxellois n’est pas une langue. Je veux dire : il n’est pas une langue reposant sur un système linguistique partagé par une communauté de locuteurs, comme le français ou le wallon. Il fait partie de ces codes mixtes, tels le camfranglais ou le francolof en Afrique, qui varient sensiblement d’un locuteur à l’autre.

    Mais qu’est-ce qu’il raconte, ce zievereir ? Pas une langue, mon bruxellois ? Qu’est-ce que moi je te cause alors ? Qu’est-ce que tu fais avec les Fables de Pitje Schramouille ? Les Flauwskes de Jef Kazak ? La Famille Kaekebroek ? Les marionnettes de Toone ? Et Le mariage de Mlle Beulemans, ça n’est pas du spek pour ton bec, peut...

    Lire la suite

  • Par Frédéric Larsimont

    Robert Waseige, pour l’amour du 4-4-2 et du bon mot

    Waseige était ainsi fait, caractérisé – parfois jusqu’aux excès de la caricature – par les instantanés captés au vol par le grand public. Lequel, au fil des décennies, les imprimés dans la mémoire collective.

    Robert Waseige était donc un peu tout à la fois. Il était cette robustesse incarnée par son physique trapu d’ancien défenseur, contrastant avec d’étonnantes fragilités, insoupçonnables, lorsqu’il ouvrait soudain son âme lors d’entretiens prolongés. Il était aussi ses saillies passées à la postérité, d’une férocité parfois carnassière. Il était...

    Lire la suite