Chômage: le gouvernement fédéral rappelé à l’ordre

©Bruno D’Alimonte/Le Soir
©Bruno D’Alimonte/Le Soir

C’est un signal d’alarme que déclenchent 16 académiques réputés en Belgique et à l’étranger pour leurs analyses de l’économie et du marché de l’emploi. Ils publient ce lundi dans Le Soir et le Standaard une carte blanche. Ils mettent en garde contre les dégâts que pourrait provoquer la réforme du chômage décidée cet été, dans le cadre du « jobs deal », ce programme gouvernemental de lutte contre les pénuries de main-d’œuvre.

Ils avancent deux arguments. L’efficacité, d’abord. Il n’est pas acquis scientifiquement que la réduction progressive des allocations favorise les démarches de recherche d’emploi. Deuxième argument : l’assurance chômage est censée protéger le demandeur d’emploi contre la perte de revenus. « En raison de cet argument aussi, il vaudrait mieux que les prestations sociales augmentent avec la durée du chômage plutôt qu’elles ne baissent. »

Face à ces inquiétudes, le ministre fédéral de l’Emploi Kris Peeters (CD&V) n’entend pas reculer. Son cabinet indique que, quelles que soient les modalités, la philosophie de la réforme, sur laquelle les académiques émettent des doutes, ne sera pas modifiée.

► La carte blanche des 16 professeurs d’université, l’éditorial et notre analyse sont à retrouver sur Le Soir+.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©Dominique Rodenbach/ Le Soir

    Extension du métro à Bruxelles: le projet de la ligne 3 en quelques dates

  2. Le combat fait rage entre  partisans et opposants au  métro, annonce d’un marqueur dans la campagne électorale.

    Extension du métro à Bruxelles: seul contre tous, Ecolo doute du projet

  3. En 2018 chaque belge a « consommé » 11 litres d’huile de soja sous la forme  de diesel.

    Les réservoirs belges toujours plus gourmands en huile de soja

Chroniques
  • Et pendant ce temps, au Kurdistan…

    La crise – ou plutôt les crises – qui secoue le Proche-Orient depuis longtemps est d’une effroyable complexité. Il y a cependant quelques lignes de force communes, qui apparaissent lorsque l’on fait un zoom sur le facteur humain. Autrement dit, celui dont on tient le moins compte, la chair à canon, le facteur d’ajustement…

    Plusieurs essais ont marqué notre époque : Ces malades ou Ces psychopathes qui nous gouvernent. Qu’ils soient malades ou psychopathes, nos gouvernants – pas tous élus démocratiquement pour ce qui concerne la région en question – sont certainement conduits par le sacro-saint principe de la realpolitik, qui fait peu de cas du facteur humain et vise les intérêts de la nation, le plus souvent à court terme. Ainsi, les Américains ont soutenu les talibans contre les Russes, sans imaginer qu’un jour, ce Ben Laden se retournerait contre eux. Et pendant ce temps, des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants subissent les horreurs d’une guerre contre laquelle ils ne peuvent rien, qu’ils n’ont pas voulue et qui ne leur apporte que mort et destruction....

    Lire la suite

  • Par Michel De Muelenaere

    Bruxelles: le débat sur le métro a besoin d’un arbitre

    C’est une évidence, il faut d’urgence améliorer la mobilité à Bruxelles. Cela passera par des investissements massifs dans les transports publics, par une amélioration drastique des infrastructures de mobilité douce (marche à pied, vélo, micromobilité) et une volonté de rendre les alternatives existantes encore plus accessibles et faciles d’utilisation. Sans oublier le courage d’imposer des freins à l’utilisation individuelle de la voiture. Du métro, pas de métro ? Un peu, beaucoup ? Le débat divise et agite la classe politique...

    Lire la suite