Pénurie d’électricité: «L’incurie» de la ministre de l’Énergie pointée du doigt (vidéo)

La ministre de l’Energie, Marie-Christine Marghem © Le Soir/René Breny
La ministre de l’Energie, Marie-Christine Marghem © Le Soir/René Breny

La N-VA, Groen et Ecolo pointent la responsabilité du cabinet de la ministre de l’Énergie, Marie-Christine Marghem, alors que se profile un risque de pénurie d’électricité en novembre, quand un seul réacteur sera disponible.

« Une politique défaillante », a affirmé le président du SP.A, John Crombez. Selon le président des socialistes flamands, le gouvernement fédéral – MR et NV-A en tête – a tout fait depuis le début pour saboter le développement d’énergies alternatives.

« La gestion du cabinet Marghem était dans les mains d’Eletrabel », a-t-il ainsi déclaré dans l’émission De Ochtend sur la VRT-radio.

La responsabilité de la ministre fédérale de l’Énergie, Marie Christine Marghem (MR), dans la probabilité « à la hausse de coupures d’électricité évoquée par le Bureau du Plan est « énorme », a affirmé de son côté le député fédéral Ecolo Jean-Marc Nollet.

Au nom du groupe Ecolo-Groen, celui-ci a précisé avoir demandé au président de la commission de l’économie de la Chambre d’organiser, en urgence, des auditions du Bureau du Plan, d’Elia, et la ministre Marghem.

« Madame Marghem porte une énorme responsabilité. Son aveuglement en faveur du nucléaire et du maintien en activités de Doel 1 et 2 fait que nous courrons un énorme risque de coupures non seulement en novembre, mais aussi en janvier et février, si Doel n’est pas relancé en décembre, une hypothèse qui n’est pas exclue », a commenté Jean-Marc Nollet.

La co-présidente d’Ecolo Zakia Khattabi a également dénoncé « l’incurie » de Madame Marghem

Marghem rejette les critiques

Suivant le dossier de très près, la ministre fédérale de l’Énergie, Marie Christine Marghem (MR), a affirmé procéder à une analyse de la situation engendrée par la mise à l’arrêt de l’ensemble des réacteurs nucléaires du pays, à l’exception de Doel 3 durant le mois de novembre.

Elle en fera connaître les résultats sans attendre la tenue d’une commission parlementaire. Elle rejette fermement les critiques formulées à son égard.

 
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous