Brent van Moer médaillé d’argent du chrono espoirs: «C’est une grosse surprise pour moi»

Photo News
Photo News

Espoir depuis deux ans chez Lotto Soudal, van Moer, 20 ans, voulait surtout engranger de l’expérience. Il a finalement offert à la Belgique sa première médaille des Mondiaux autrichiens.

«  C’est une grosse surprise pour moi aussi. Je suis venu ici pour apprendre et pour travailler mon chrono en vue de l’avenir, ainsi que pour voir où je me situe par rapport au top mondial. Et je décroche l’argent. »

Van Moer a salué le travail du coach fédéral belge Kevin De Weert. «  Mon Euro n’avait pas été très bon (22e) en raison d’un ennui mécanique. Kevin a cru en moi. Il m’a dit de continuer à travailler dur, et c’est ce que j’ai fait. Il m’a dit que j’avais le moteur pour réaliser de grosses prestations dans les chronos à l’avenir. Quand tu entends ça, tu donnes le meilleur de toi-même. Nous avons également amélioré mon aérodynamisme ces dernières semaines. »

Van Moer estime que sa préparation a été parfaite. Il a disputé le Tour de l’Avenir et celui de Slovaquie avec l’équipe nationale. «  Je me sentais prêt pour ces Mondiaux, physiquement et mentalement. Je voulais faire mes preuves parmi les meilleurs jeunes du monde. Et ça m’a réussi. »

Notre compatriote est rapidement entré en compétition lundi. Il a dès lors détenu le meilleur chrono pendant un long moment. Ce n’est que le dernier coureur à s’être élancé, le Danois Mikkel Bjerg, tenant du titre, qui l’a dépassé au classement. «  Quand j’ai franchi la ligne, je savais que j’avais réussi un bon chrono. J’avais de super-jambes et avec les watts que j’ai développés, je pensais à une place dans le top-15 ou le top-10. Mais soudainement tu vois que plus le temps passe, plus de grands noms terminent derrière toi, tu commences à y croire. L’or n’était pas une option, car dès le premier temps intermédiaire, Bjerg était devant. Mais l’argent est déjà fantastique. Personne n’avait pensé que je finirais sur le podium. »

Au début de sa carrière, van Moer rêvait surtout des classiques. «  Quand Kevin De Weert a indiqué que je possédais les qualités pour devenir un bon coureur de chrono, j’ai pris plus souvent les vélos de chrono à l’entraînement. Et au plus tu t’entraînes, au plus tu deviens bon. Mais la route est encore longue, et il est important de prendre des mesures pour affiner les courses contre la montre. Il ne s’agit pas seulement de pédaler fort, tu dois aussi avoir une bonne organisation et chercher tes limites. Aujourd’hui j’ai montré qu’un départ rapide n’est pas toujours important, j’ai fait la différence dans la deuxième partie. Ce sont des petites choses que Kevin m’a apprises et qui ont certainement porté leurs fruits aujourd’hui. »

Espoir de deuxième année, van Moer roule avec les U23 de Lotto Soudal et a intégré les stages avec les pros depuis le 1er août. «  Même si je n’ai pas vraiment pu me montrer en raison des courses que j’ai disputé avec l’équipe nationale. Peut-être qu’après le Mondial, je disputerai quelques courses avec les pros. Quant à savoir si je resterai espoir, nous prendrons une décision après la course, en concertation avec mon manager. Je peux encore courir deux ans avec les espoirs, nous verrons comment ça se passe. J’ai encore l’occasion et le temps de beaucoup progresser. »

 
 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Edition numérique des abonnés

    Guide Michelin: un seul trois étoiles en Belgique, est-ce grave?

  2. FeluyPolice (2)

    Les gilets jaunes: «Nous sommes apolitiques et nous le resterons»

  3. Emmanuel Macron et Charles Michel lors d’un point presse ce lundi 19 novembre.

    Gilets jaunes: pourquoi Macron refuse de répondre aux journalistes (vidéo)

  • France-Belgique: cultiver ce qui nous unit

    C’est une visite pratiquement inédite qu’Emmanuel Macron entame ce lundi en Belgique. Inédite, parce que jamais depuis 1971 un président français n’avait fait une visite d’Etat au Royaume. Et encore, le protocole français considère-t-il la visite qu’avait alors effectuée le président Pompidou auprès du roi Baudouin comme une « simple » visite officielle.

    Au soir de l’élection d’Emmanuel Macron, le 7 mai 2017, le roi Philippe fut tout simplement le premier à proposer une visite d’Etat au...

    Lire la suite