EasyCopro veut rajeunir les copropriétés

Dans cet article
La capitale est peuplée de beaucoup de copropriétés comme celle-ci. Vieilles, elles sont souvent des passoires sur le plan énergétique. EasyCopro veut s’attaquer au problème.
La capitale est peuplée de beaucoup de copropriétés comme celle-ci. Vieilles, elles sont souvent des passoires sur le plan énergétique. EasyCopro veut s’attaquer au problème. - D.R.

Beaucoup de copropriétés à Bruxelles sont vieilles. Tellement vieilles qu’on pourrait entendre le ronronnement de leur chaudière ou le cliquetis de l’eau dans les radiateurs… en pleine journée.

C’est pour tenter de remédier à ces problèmes (et à beaucoup d’autres évidemment) qu’un projet a récemment vu le jour. Intitulé EasyCopro, son objectif est d’assurer la rénovation énergétique de copropriétés bruxelloises à hauteur de 10 millions d’euros. Jusque-là, rien d’exceptionnel, sauf que ledit projet permet aux copropriétés sélectionnées d’engager des travaux de rénovation énergétique significatifs en limitant totalement ou en partie l’investissement par la copropriété.

L’attractivité de la démarche consiste également dans la formule « all inclusive », couvrant les aspects techniques et financiers facilitant ainsi considérablement la tâche aux syndics confrontés à un parc de logements vieillissants.

Autour de la table, on retrouve un consortium réunissant plusieurs acteurs : Energiris, première coopérative bruxelloise d’investissement dans la transition énergétique, EasyCogen, une société de services énergétiques, le syndic d’initiative Managimm, le bureau d’experts immobiliers Deplasse & Associés et Bruxelles Environnement pour le volet public.

Actuellement, le consortium a présélectionné une douzaine de copropriétés qui comportent entre 30 et 325 appartements. Le nombre de copropriétés qui seront retenues dépend du budget de rénovation de chacune d’entre elles puisqu’on ne peut pas dépasser les 10 millions d’euros. « Nous sommes à la recherche de biens depuis le mois de mars, explique Esther Bollendorff, la coordinatrice du projet représentant la coopérative Energiris. Pour l’instant, nous sommes en train d’auditer une copropriété de 175 lots à Schaerbeek. Il s’agit de rénover la chaufferie mais nous proposerons également l’isolation de la façade et le placement d’éclairage led dans les communs. L’estimation des travaux est de 1,5 million. Notre but est de convaincre les copropriétaires et les syndics d’immeuble avec un plan d’action attractif détaillant les travaux et l’investissement à réaliser. »

Inutile d’écrire que pour les copropriétaires, EasyCopro pourrait constituer une aide financière non négligeable. « Les bâtiments sélectionnés pourront bénéficier de formules de prêt ou de tiers investisseur permettant de mener des travaux importants en limitant totalement ou en partie l’investissement de la copropriété », insiste la coordinatrice du projet.

Il est intéressant de noter que le financement proviendra en partie de la coopérative citoyenne Energiris, permettant aux copropriétaires mais aussi à tout autre citoyen de participer à la rénovation des immeubles sélectionnés.

Energiris investira 2 millions d’euros dans EasyCopro, projet qui s’appuie sur des fonds européens pour permettre à la machine de « tourner » (communication, travail d’audit…). Les 8 millions restants seront quant à eux le fruit d’un mélange entre du tiers investisseur, des prêts bancaires et des fonds propres d’une copropriété pour autant qu’elle en ait.

Le consortium se donne quatre ans pour arriver à son objectif, c’est-à-dire trouver les copropriétés, signer des contrats et démarrer les travaux. C’est long, mais il faut tenir compte des procédures administratives et autres qui peuvent prendre beaucoup (trop) de temps. Pour ce faire, des outils standard tels qu’un contrat de performance énergétique, un audit ou un cahier des charges type ont été développés et mis à disposition du public cible.

Céline Fremault, la ministre bruxelloise de l’Environnement et de l’Energie, se félicite de l’initiative. « EasyCopro va contribuer à la réalisation des objectifs de réduction de gaz à effet de serre et de production d’énergies renouvelables de la Région de Bruxelles-Capitale, fait-elle savoir. Je suis convaincue que cette initiative complétera efficacement les outils déjà mis en place comme les primes énergie, les certificats verts ou encore HomeGrade et le coaching énergétique gratuit du Pack Energie à destination des entreprises et du non-marchand. »

Le changement climatique implique une transition énergétique. « Remplacer le fossile par du renouvelable est devenu une nécessité. Il y a des engagements politiques qui sont là, reste maintenant à les traduire à l’échelle nationale, régionale et locale. Il est plus que temps d’agir…, révèle-t-on chez Energiris où on ne doute pas de réunir sa part. Il y a aujourd’hui beaucoup d’argent qui dort sur des comptes d’épargne qui peut être utilisé dans des projets qui ont du sens. Quand le citoyen voit un lien direct avec sa vie de tous les jours, il est enthousiaste. »

Informations et formulaires d’inscription sont disponibles sur le site www.easycopro.be

Trevi lance sa «marche verte»

Par Paolo Leonardi

Améliorer la PEB de son bien, c’est le valoriser à la location ou la revente.
Améliorer la PEB de son bien, c’est le valoriser à la location ou la revente. - pierre-yves thienpont.

Le problème lié aux (sur)coûts énergétiques dans les logements est décidément à l’ordre du jour de beaucoup de copropriétaires. Chez Trevi, on explique être quotidiennement à l’écoute de clients dont c’est même devenu le sujet de préoccupation numéro un.

C’est pourquoi le réseau d’agences a noué un partenariat avec la société Go4Green, partenaire investisseur dans la performance énergétique des bâtiments, elle-même soutenue par la banque Triodos pour le financement du partenariat. Ensemble, ces trois acteurs ont décidé d’entreprendre une « marche verte » consistant à aider les copropriétés à améliorer leur performance énergétique à raison de 10 millions d’euros.

En clair, Trevi, qui assure ne rien gagner d’autre dans le projet que l’amélioration de la satisfaction de ses clients, exposera le partenariat conclu avec Go4Green et Triodos (d’abord à Bruxelles, puis aux autres régions du pays) aux copropriétés qu’elle a en gestion au sein de son département « Trevi syndic » (800 au total). « Nous allons sensibiliser nos copropriétaires afin qu’ils améliorent la performance énergétique de leur bâtiment, explique Benoît Delrue, le porte-parole de Trevi. Ce faisant, ils doivent prendre conscience qu’ils valorisent leur patrimoine immobilier qu’ils pourront mieux vendre ou louer par la suite. C’est une manière d’avoir de meilleures cartes dans leur jeu. »

Car si tout le monde se fichait de l’indice PEB d’un bien il y a 5 ou 10 ans, ce n’est plus le cas aujourd’hui. « Les clients qui viennent désormais nous voir pour acheter ou louer sont devenus très regardants par rapport aux charges du bien qu’ils convoitent », assure à ce sujet Benoît Delrue.

En pratique, Go4Green met gratuitement à disposition de l’immeuble un cogénérateur (en gros, un moteur emballé dans un caisson étanche d’une grandeur d’1 m3 installé à côté de la chaudière) et en assure le monitoring à distance via des capteurs (la télémétrie). Le cogénérateur transforme 1/3 du gaz qui alimente la chaudière en électricité, et 2/3 en chaleur. Grâce au monitorage en temps réel, de grandes économies sont ainsi réalisées. « Nos sources de revenus sont simples : grâce au meilleur rendement, nous revendons l’eau chaude du chauffage et des sanitaires aux copropriétaires à un prix plus avantageux pour eux, et nous revendons également au réseau le surplus de l’électricité produite, à un prix certes mineur, mais il est compensé par les certificats verts », explique Benoît de Hollain, administrateur délégué de Go4Green.

On appelle ça du win-win-win…

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. A la présidence, Olivier Chastel a accepté le jeu de rôles avec son ami Charles. «
Je ne me suis jamais dit que j’étais le maître absolu du MR.
»

    Chastel, le politique qui ne voulait être ni ministre ni président

  2. Environ 80 tombes du cimetière juif de Quatzenheim, en Alsace ont été découvertes profanées mardi.

    Antisémitisme en France: «Les rassemblements, c’est bien mais est-ce que ce sera utile? Non»

  3. PEOPLE-LAGERFELD_

    Décès de Lagerfeld: la quête du Saint Karl a pris fin

Chroniques
  • «Février sans supermarché», jour 19: et si nos animaux aussi se mettaient au défi?

    Par Louise Tessier

    Sous-produits d’animaux, additifs, sucres… Si notre alimentation est parfois remplie de produits douteux, les croquettes pour chiens et chats achetées dans les grandes surfaces cachent aussi de belles surprises. Selon une étude du vétérinaire belge Gérard Lippert, les chiens qui ne mangent que des aliments industriels vivent en moyenne trois ans de moins que les autres. Ah oui, quand même.

    Si je n’ai actuellement pas d’animaux à la maison, je me suis dis que le sujet valait tout de même le coup d’être abordé pour le million de ménages belges qui, eux, ont une boule de poils. En Belgique, la population estimée de chats est de 2,2 millions, et le nombre de chiens approche les 1,5 million selon les chiffres de 2013 ! Un sacré business pour l’industrie de la pet food.

    Face aux croquettes pleines d’ingrédients mystérieux, une nouvelle mode d’alimentation naturelle appelée BARF a fait surface. Par...

    Lire la suite

  • Charles Michel assume Charles Michel

    Personne ne pourra dire que Charles Michel s’est débiné, qu’il a laissé à d’autres le soin de porter le bilan de ce gouvernement si particulier et si controversé dans le camp francophone.

    Son parti ne devra pas assumer pour lui cette participation totalement minoritaire au fédéral. Ni d’avoir été le compagnon de route fidèle et enthousiaste (encore aujourd’hui) de la N-VA. C’est lui, Charles Michel, Premier ministre et président de parti, qui fera le « job ». L’opposition rêve de le mettre...

    Lire la suite