Mondiaux d’Innsbruck: toute la sélection belge au service d’Evenepoel dans sa quête du doublé chez les juniors

Photo News
Photo News

Outre Evenepoel, les cinq autres membres de l’équipe belge sont Steven Pattyn, Ilan Van Wilder, Henri Vandenabeele, Aaron Van Der Beken et Xandres Vervloesem.

« Nous formons un bloc solide, qui peut faire quelque chose ici et aussi un groupe d’amis prêts à aller au feu l’un pour l’autre », a déclaré Remco Evenepoel lors du point-presse qui s’est tenu mardi soir à l’hôtel de la délégation belge.

L’année dernière, l’équipe belge était aussi forte sur papier, mais la course des Belges avait été marquée par les chutes (huit au total) et les noir-jaune-rouge n’avaient finalement pas pu se mêler à la lutte pour la victoire. « Il ne faut pas comparer avec l’année passée », dit Remco Evenepoel. « Nous sommes plus forts, nous avons beaucoup roulé ensemble, nous sommes numéros 1 au classement et j’ose même dire que nous serons l’équipe la plus forte au départ. Si je suis dans un mauvais jour, on pourra compter sur les autres garçons de l’équipe. Nous sommes vraiment bien préparés ».

La course sera longue de 132,4 km : 90 km en ligne suivis de deux tours de circuit local de 23,8 km. Après 60 km de course, le peloton passera par le Gnadenwald, une côte de 2,6 km avec un pourcentage maximum de 14 %. Dans le circuit, il faudra grimper deux fois une côte de 7,9 km.

« J’espère que j’aurai bien récupéré », ajoute Evenepoel. « Normalement, je récupère vite et je trouve que le parcours me convient. Je suis impatient ».

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le bureau de vote de Limal © Belga

    Elections 2019: les 15 enjeux du triple scrutin

  2. «
Ce sera avec le PS sans la N-VA ou avec la N-VA sans le PS
» avait dit Elio Di Rupo.

    Elections 2019: la Belgique sera-t-elle ingouvernable?

  3. Sept modèles se détachent, identifiés sur la base de possibles rapports de forces au soir du 26 mai, et au départ de l’échiquier politique francophone.

    De gauche à droite, sept coalitions peuvent émerger après les élections

Chroniques
  • Campagne 2.0: le Vlaams Belang tire son épingle du jeu

    Jusqu’à présent, le moment le plus captivant de la campagne électorale en Flandre a été l’interruption par des activistes climatiques d’un débat électoral entre Guy Verhofstadt, député européen libéral, et Geert Bourgeois, tête de la liste européenne de la N-VA et actuel ministre-président de la Flandre. Ils ont lancé des confettis et des tracts sur les deux hommes politiques, et se sont jetés par terre dès que les agents de la sécurité ont essayé de les écarter du plateau. Après le lancement par la rédaction d’une séquence sur un thème tout à fait différent, les activistes ont été écartés et remis dans les mains de la police. Le débat put reprendre, mais le suspense avait disparu.

    L’insipidité de la campagne électorale en Flandre a, selon moi, plusieurs causes : la proximité des élections précédentes, en octobre dernier, pour le niveau communal, qui à ce moment-là était le premier scrutin depuis plus de quatre ans ; ou encore,...

    Lire la suite

  • Avis aux partis: lundi, la campagne, c’est fini!

    Ce dimanche, la parole est aux électeurs. A ceux qui pensent que le vote ne sert à rien, ce rappel très utile : le soir des élections, ce sont les résultats que chaque parti scrutera avec angoisse. C’est la mathématique qui désigne les vainqueurs et qui prend une claque, au nord comme au sud du pays. Aucun jeu n’est fait et les votes exprimés peuvent bouleverser les cartes et rendre des alliances si pas impossibles, difficiles ou illégitimes. Il y a toujours des surprises les soirs d’élections, et ce sont les citoyens qui les...

    Lire la suite