Accueil Belgique Politique

Risque de pénurie d’électricité: récit d’une journée où Elia finit enfin par tirer la sonnette d’alarme

Il a fallu batailler depuis plusieurs jours pour obtenir un état, chiffré, du risque de pénurie d’électricité. Récit.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Enquêtes Temps de lecture: 6 min

Il est des journées complètement folles. Mercredi en était une. Elle aurait dû démarrer à 10 heures, au Parlement, avec l’audition de la ministre de l’Energie Marie-Christine Marghem (MR). Elle y a été convoquée en urgence, pour venir s’expliquer sur le risque de pénurie d’électricité qui guette le pays, dès novembre. Mais la ministre a bousculé les plans de tout le monde, en s’invitant à la matinale de Bel RTL. Exit Sofie Merckx, tête de liste du PTB à Charleroi, initialement programmée pour l’interview de 7 h 50. À la dernière minute, Marie-Christine Marghem se fait inviter. « Pour présenter ses solutions en exclusivité », entend-on dans le poste. Et la ministre fait une grande annonce : « Nous avons trouvé une capacité supplémentaire de 750 MW ».

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

6 Commentaires

  • Posté par Jules Horowitz, jeudi 27 septembre 2018, 0:50

    Marre-Ghem: démission!

  • Posté par Jules Horowitz, jeudi 27 septembre 2018, 0:37

    A la rédaction: Vous pourriez arrêter ou diminuer l'emploi des phrases ultra-courtes, c'est pesant ce style de télégraphe.

  • Posté par Mente Daniel, mercredi 26 septembre 2018, 23:14

    Vaudeville surréaliste à la belge, ping-pong entre adultes soi-disant responsables pendant que le "maître à bord" se pavane à New York. Le délestage devrait commencer en priorité chez les politiques. J'ai honte à leur place: n'avoir qu'une seule usine à radiation parce que les 6 autres tombent en panne les unes après les autres était parfaitement prévisible pour des gens en charge , qu'ils fussent producteurs ou décideurs-politiques. Amen.

  • Posté par Stephane Constandt, mercredi 26 septembre 2018, 23:09

    Où l'on apprend que les délestages sont des coupures de courant volontaires. Il faut bien entendu lire coupure volontaire pour éviter que tout le réseau ne disjoncte. Mais moi je suis sur la liste de délestage et je ne suis pas volontaire. Second point de vue.

  • Posté par Jules Horowitz, jeudi 27 septembre 2018, 0:40

    Bien dit! Cela dit, à la décharge de Marre-ghem, gestion catastrophique de la maintenance par électrabel.

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs