Michel Preud’homme, après l’élimination surprise du Standard: «Cela ne pouvait pas arriver…»

Michel Preud’homme, après l’élimination surprise du Standard: «Cela ne pouvait pas arriver…»

Le club de Knokke a créé la sensation de ces 16es de finale de la Coupe de Belgique en éliminant le Standard, sur sa pelouse, à Sclessin.

Michel Preud’homme, l’entraîneur liégeois, ne comprenait pas comment ses joueurs avaient pu laisser passer une victoire qui leur tendait les bras face à une formation amateur. « Cela ne pouvait pas arriver, tout simplement. Quand on a 10 occasions de but, à la demi-heure de jeu, ça doit être 3-0. Puis on a commis des erreurs défensives, on a dû courir après le score, eux ont pris confiance. On a commencé à fond pour aller marquer et plier cette rencontre. Ça n’a pas été fait. On s’est mis en difficulté. Les occasions étaient là, il fallait les mettre au fond. Il faut féliciter les joueurs de Knokke, ce qu’ils ont fait, c’est très bien pour eux. Ils l’ont fait grâce à leurs qualités. À certains moments, il y a du caractère, mais dans certaines situations, il faut être plus tueur. Je ne vais pas faire de grandes déclarations maintenant. On essaye de mettre les joueurs dans les meilleures conditions. Il faut encore travailler. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Lionel Messi veilli par l’application FaceApp.

    Ce que FaceApp vous dit (tout bas) sur l’utilisation qu’elle fait de vos photos

  2. Louis Michel et Laurette Onkelinx.

    «Chez Laurette et Louis», le casting politique de LN24

  3. l’état d’urgence «
sécheresse
» n’est pas déclaré, mais une réunion de crise est prévue le 25 juillet prochain.

    Agriculture: comme un avant-goût de sécheresse

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: un ostracisme façon {beulemans}

    Un bruxellois mythique

    Zinnekes de tous poils, kiekefretters de toutes plumes, ne m’en veuillez pas de dire tout droit dehors ce que je pense : le parler bruxellois n’est pas une langue. Je veux dire : il n’est pas une langue reposant sur un système linguistique partagé par une communauté de locuteurs, comme le français ou le wallon. Il fait partie de ces codes mixtes, tels le camfranglais ou le francolof en Afrique, qui varient sensiblement d’un locuteur à l’autre.

    Mais qu’est-ce qu’il raconte, ce zievereir ? Pas une langue, mon bruxellois ? Qu’est-ce que moi je te cause alors ? Qu’est-ce que tu fais avec les Fables de Pitje Schramouille ? Les Flauwskes de Jef Kazak ? La Famille Kaekebroek ? Les marionnettes de Toone ? Et Le mariage de Mlle Beulemans, ça n’est pas du spek pour ton bec, peut...

    Lire la suite

  • Bruxelles: un accord rouge, vert, raisonnablement ambitieux

    Un accord de gouvernement, c’est un acte par lequel des élus s’engagent envers les citoyens, pour cinq ans. Au moment de sa rédaction, il peut être jugé à l’aune de son ambition et de ses priorités. A cet égard, le texte conclu par les six partis de la majorité bruxelloise affiche clairement les couleurs. Rouge et verte.

    La ville se fracture, entre pauvres et riches, que relient de moins en moins ces classes moyennes tentées par l’exode urbain. Les indicateurs se dégradent : le nombre d’enfants...

    Lire la suite