Aux États-Unis, les hamburgers de McDo seront sans colorant ni arôme artificiels

© Reporters
© Reporters

McDonald’s États-Unis a annoncé mercredi que ses emblématiques hamburgers, du Big Mac au Royal Cheese -connu aux États-Unis comme le Quarter Pounder with cheese –, n’ont plus ni arôme, ni colorant, ni conservateur artificiels.

Seules les rondelles de cornichons contiennent encore un conservateur artificiel, reconnaît le géant américain du fast-food, «  mais les consommateurs peuvent s’en passer si c’est ce qu’ils préfèrent », explique-t-il dans un communiqué.

Ce changement entre en vigueur dans les 14.000 restaurants de l’enseigne aux arches dorées à travers les États-Unis.

C’est un pas supplémentaire pour McDo, vilipendé comme le chantre de la malbouffe, ce dont il se défend, afin d’essayer d’attirer ou de fidéliser une clientèle plus soucieuse de ce qu’elle mange.

« Du passage au 100 % boeuf frais dans nos burgers Quarter Pounder, cuits à la demande, au retrait des conservateurs artificiels de nos Chicken McNuggets et notre engagement à n’utiliser que des oeufs de poules hors cage d’ici 2025, nous avons effectué des progrès significatifs pour faire évoluer la qualité de notre nourriture », a déclaré Chris Kempczinski, le patron de McDo États-Unis, qui voit là une façon de bâtir « un meilleur McDonald’s ».

Un pas vers la qualité

À ce jour, près de deux tiers des burgers et sandwiches sont exempts de ces produits artificiels qui se trouvaient dans le petit-pain aux graines de sésame (ou sans), dans le fromage ou encore la sauce spéciale (et top secrète) du Big Mac.

Le géant du fast-food essaye ainsi de répondre à la montée de la vague du bio aux États-Unis, mais aussi plus généralement d’un plus grand souci de l’origine et de la qualité des produits.

C’est aussi le moyen de répondre à la concurrence de chaînes de burgers à la mode, comme Five Guys, qui insiste sur la fraîcheur, ou plus traditionnelles, comme Wendy’s, qui clame sur chaque enseigne « le steak haché jamais congelé ».

Mais la démarche est compliquée à mettre en œuvre dans ce pays où le McDonald’s est souvent l’un des rares restaurants accessibles à la frange la moins aisée de la population et pour laquelle le facteur prix prime sur la qualité.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©Dominique Rodenbach/ Le Soir

    Extension du métro à Bruxelles: le projet de la ligne 3 en quelques dates

  2. Sur les images des caméras de surveillance, l’agresseur n’est pas identifiable.

    L’agression d’Anderlecht inquiète les musulmanes

  3. Il n’y a pas que la guerre commerciale de Donald Trump qui freine les exportations chinoises.

    La Chine s’essoufle, le monde a de bonnes raisons de s’inquiéter

Chroniques
  • Et pendant ce temps, au Kurdistan…

    La crise – ou plutôt les crises – qui secoue le Proche-Orient depuis longtemps est d’une effroyable complexité. Il y a cependant quelques lignes de force communes, qui apparaissent lorsque l’on fait un zoom sur le facteur humain. Autrement dit, celui dont on tient le moins compte, la chair à canon, le facteur d’ajustement…

    Plusieurs essais ont marqué notre époque : Ces malades ou Ces psychopathes qui nous gouvernent. Qu’ils soient malades ou psychopathes, nos gouvernants – pas tous élus démocratiquement pour ce qui concerne la région en question – sont certainement conduits par le sacro-saint principe de la realpolitik, qui fait peu de cas du facteur humain et vise les intérêts de la nation, le plus souvent à court terme. Ainsi, les Américains ont soutenu les talibans contre les Russes, sans imaginer qu’un jour, ce Ben Laden se retournerait contre eux. Et pendant ce temps, des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants subissent les horreurs d’une guerre contre laquelle ils ne peuvent rien, qu’ils n’ont pas voulue et qui ne leur apporte que mort et destruction....

    Lire la suite

  • Par Michel De Muelenaere

    Bruxelles: le débat sur le métro a besoin d’un arbitre

    C’est une évidence, il faut d’urgence améliorer la mobilité à Bruxelles. Cela passera par des investissements massifs dans les transports publics, par une amélioration drastique des infrastructures de mobilité douce (marche à pied, vélo, micromobilité) et une volonté de rendre les alternatives existantes encore plus accessibles et faciles d’utilisation. Sans oublier le courage d’imposer des freins à l’utilisation individuelle de la voiture. Du métro, pas de métro ? Un peu, beaucoup ? Le débat divise et agite la classe politique...

    Lire la suite